L’enquête de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) sur les saisies record de mars dernier, soit les 135 kilos du 9 et les 20,3 kilos du 24, d’une valeur marchande de Rs 2,5 milliards, abordera dans les jours à venir un nouveau tournant. En effet, avec la conclusion du premier chapitre consacré aux mécanismes d’importation de l’héroïne dans des compresseurs d’Afrique du Sud, Navind Kistnah, aussi connu sous le nom de Kun, âgé de 34 ans, habitant Petite-Rivière, confirme ses prétentions de Star Witness-In-Waiting. Dès le début de cette semaine, ses conseils légaux, Mes Rama Valayden et Neelkant Dulloo, comptent déposer à l’Office of the Director of Public Prosecutions une demande d’immunité contre des procédures pénales sous la Dangerous Drugs Act en faveur du Customs Broker et directeur de Kun Management INT Ltd.
Alors que pour la séance d’interrogatoire d’hier dans les locaux du CID Metropolitan South les limiers de l’ADSU, menés conjointement par les surintendants Azima et Ramgoolam, s’attendaient à d’autres révélations sur le réseau de trafic de drogue avec pour cerveau présumé le prisonnier Peroumal Veeren, ils ont dû se contenter d’un simple exercice d’identification. En effet, Navind Kistnah a participé à une parade d’identification impliquant les cinq camionneurs qui avaient assuré le transfert des conteneurs avec des compresseurs dans des wooden crates de l’enceinte du port jusqu’à Petite-Rivière en transitant par le Container Freight Terminal de Mauritius Freeport Development à Mer Rouge.
Ces camionneurs, qui ont été doublement entendus précédemment par l’ADSU aussi bien que par l’Independent Commission against Corruption (ICAC), ont positivement identifié Navind Kistnah comme étant le Customs Broker qui avait réquisitionné leurs services pour ces transferts de conteneurs. Ils avaient été entendus alors que Navind Kistnah était encore en cavale en Afrique du Sud et avaient même participé à une reconstitution des faits en empruntant le trajet entre le port et le domicile du Star Witness-In-Waiting, au N°42, rue Tristan Pezet, Camp-Benoît, Petite-Rivière. Après l’exercice d’hier matin, les avocats du suspect ont fait comprendre aux responsables de l’enquête que l’heure du bargaining a sonné.
Dans une correspondance documentée au sujet de la collaboration de Navind Kistnah avec l’ADSU depuis son arrestation, Me Valayden compte convaincre le DPP que son client doit bénéficier de l’immunité totale dans cette enquête. Depuis le 17 avril, soit il y a un peu plus d’un mois, il a été inculpé devant le tribunal de Port-Louis sous deux charges provisoires, soit en date du 9 mars de « did cause Brilliant Resources Consulting Ltd directed by Geanchand Dewdanee and Sibi Thomas to import 135 kgs of heroin concealed in six sandblasting pots into Mauritius by sea » et en date du 24 mars de « did cause Brilliant Resources Consulting Ltd directed by Geanchand Dewdanee and Sibi Thomas to import 20, 34 kgs of heroin concealed in two sandblasting pots into Mauritius by sea. »
Au cas où cette demande d’immunité est agréée formellement, Navind Kistnah ne sera plus maintenu en détention policière mais pourra bénéficier de facilités de logement sous protection policière en raison de sa sécurité jusqu’au déroulement formel du procès contre les suspects appréhendés. À ce stade de l’enquête, le Customs Clerk Kistnah a adopté la position qu’il n’était responsable que des procédures pour les importations de conteneurs d’Afrique du Sud sur des directives communiquées par le dénommé Veeren à travers des intermédiaires, mais n’entretenait aucun contact avec les autres protagonistes. Aussitôt que les conteneurs étaient débarqués à son domicile de Petite-Rivière, son rôle dans le réseau s’arrêtait là.
Cartes maîtresses
Dans ses aveux, Navind Kistnah a incriminé Keshwin Seewoochurn, aussi connu sous le nom de Transporteur. Celui-ci prendrait le relais pour assurer la redistribution de la drogue importée aux clients identifiés contre paiement. L’ADSU soupçonne cet habitant de Plaisance d’être un relais majeur et d’être même en contact avec le parrain des parrains. Mais jusqu’ici, Le Transporteur a rejeté les accusations portées contre lui et continue à clamer son innocence dans cette affaire.
Imteeaz Baccus, habitant Coromandel, qui avait été parmi les premiers à être appréhendés par l’ADSU, accuse Navind Kistnah de l’avoir impliqué en raison d’une dette de Rs 300 000 que celui-ci n’a pas été mesure de rembourser. D’autre part, très peu d’informations ont transpiré quant aux révélations de Kistnah au sujet de son partenaire en affaires Homanchul Ramdin. Depuis la mi-mars, ce dernier est officiellement porté manquant et en dépit des recherches de la police, aucune trace de ce Customs Broker n’a été retrouvée.
Homanchal Ramdin était, semble-t-il, un incontournable dans le système des trafiquants. Dès la saisie de la plus importante cargaison de drogue le 9 mars, alors qu’il se trouvait en Afrique du Sud, Navind Kistnah avait demandé à ses proches de prendre contact avec cet habitant de Vallée-Pitot pour en savoir plus sur cette cargaison de drogue.
Les deux autres suspects en détention, Geanchand Dewadanee, aussi dit Zanfan Lakaz, et Sibi Thomas, maintiennent leur innocence et plaident que leurs signatures ont été falsifiées sur les documents présentés à la douane dans ces deux cas d’importation. Quel sera le prochain move de Navid Kistnah, qui a mis l’ADSU sur la piste de Peroumal Veeren ? Détient-il d’autres cartes maîtresses à abattre au moment opportun ? Les éléments de réponses sont difficiles à discerner dans la conjoncture car il restera suspendu pendant un bout de temps à la réponse du DPP concernant sa demande d’immunité…