La stratégie indienne de “Made in India”, présentée par la haute commission indienne lors d’une table ronde lundi, aura des retombées positives pour Maurice. C’est ce qu’a estimé le directeur du Board of Investment, Ken Poonoosamy. Cette initiative fera l’objet d’une “Made in India Week” qui sera organisée à Mumbai du 13 au 18 février.
Ken Poonoosamy a rappelé lundi que l’Inde constitue une « economic powerhouse » de premier plan et est reconnue comme un des moteurs de la croissance économique mondiale, dont les perspectives ne sont toutefois pas brillantes.
« The “Made in India” strategy in India, while consolidating and reinforcing the industrial base of this country, will have positive impacts for Mauritius too. For we live in an interconnected world. The “Made in India” strategy means greater cross border investment flows towards India, strengthened Indian companies with more resources to explore new markets for their production in Africa for instance, possibility for joint-ventures to cater for niche products », a insisté le directeur général du BOI.
Il observe qu’une croissance des investissements en Inde sera bénéfique pour le secteur des services financiers mauriciens. « Les exportations des produits manufacturés en Inde vers l’Afrique donneront un nouvel élan au secteur du port franc si nous savons nous positionner », a-t-il décrit. De plus, Maurice pourra être utilisée comme une plateforme pour la manufacture ou l’assemblage des produits conçus et manufacturés en Inde. Selon Ken Poonoosamy, Maurice voit déjà l’avantage d’établir des partenariats en Inde, considérant l’économie d’échelle et l’importance du marché indien. Les recherches dans le domaine de la production de l’huile de poisson au niveau de la biotechnologie marine ont aidé à répliquer les activités de production à grande échelle en Inde. Dans le secteur de l’industrie du textile, des investisseurs mauriciens, dont Aquarelle du groupe Ciel textile, ont établi une présence en Inde à travers la délocalisation de leurs productions, toute en gardant la production des produits haut de gamme à Maurice.
Ken Poonoosamy s’est dit convaincu que les opérateurs mauriciens, avec leur expertise dans le domaine de l’industrie du textile, peuvent bénéficier d’une collaboration triangulaire avec des partenaires indiens en vue de la plantation du coton en Afrique. Ce qui permettrait d’améliorer leur compétitivité.
En ce qui concerne les PME et l’artisanat, Ken Poonoosamy estime que les opérateurs mauriciens gagneront en établissant des partenariats avec des Indiens. C’est le cas également pour la production alimentaire dans laquelle les Indiens disposent d’une grande expertise ainsi que pour l’innovation technologique et l’informatique afin de capter les opportunités en Afrique.
L’Inde de son côté pourra bénéficier du réseau d’accords de libre-échange conclus avec de pays africains. Le directeur général du BOI a rappelé l’ouverture d’un bureau régional à Delhi par le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth. « It is the first point of contact for the Indian business community to showcase and promote all the economic sectors of Mauritius. Our BOI Office in New Delhi will also facilitate Mauritian operators looking at investment opportunities in India », a-t-il expliqué.