Ils s’estiment « oubliés du développement ». Eux, ce sont les quelques habitants de Solitude, dans le Sud, qui se disent en colère contre les autorités, fustigeant leurs conditions de vie et les interdictions de bâtir dans leur localité. Aussi ont-ils manifesté hier matin devant le siège de l’IVTB, à Phoenix, avant de poursuivre leur mouvement devant le Parlement, à Port-Louis, ciblant plus particulièrement le ministre Bunwaree.
Trois générations de familles se sont succédées sur les terres situées dans la zone d’approche des avions, à l’intérieur des champs de cannes bordant la piste d’atterrissage. Ces terres, qui leur appartiennent selon eux, n’ont jamais bénéficié de développement. Pour preuve, l’accès à leurs habitations, de tôles et de bois, est rocailleux et difficile d’accès. Aussi, en mars dernier, les habitants avaient déjà manifesté leur colère à Port-Louis. En vain, disent-ils. De fait, ils ont décidé de « passer à l’étape supérieure » en organisant une marche de protestation entre le rond-point de l’aéroport et les locaux d’Airports of Mauritius (AML), à Plaisance.
Ce matin, les habitants ont organisé une nouvelle manifestation devant l’IVTB contre le ministre Bunwaree, qui s’occupe de cette circonscription. Dans leur démarche, les habitants dénoncent plusieurs problèmes, dont leurs « mauvaises conditions de vie » et l’interdiction de construire « en dur » dans leur localité, soit aux abords immédiats de l’aéroport, et ce alors qu’en 2008, expliquent les habitants, on leur avait promis qu’ils seraient relogés ailleurs. Mais ils attendent toujours.
Le problème, c’est qu’ils ne bénéficient toujours pas non plus des commodités d’usage, selon eux. « À l’heure actuelle, nous devons toujours compter sur un camion-citerne pour être alimentés en eau potable », explique un père de famille de Solitude. À ce jour, les habitants n’ont toujours pas obtenu de permis de bâtir en raison des prochains développements que l’aéroport est appelé à connaître. Raj Kumar, porte-parole des habitants, explique : « Nou pena permi, nou pena dilo, nou pena lekol, nou pena nanier dan nou lendroi. Minis pe zoue football ar nou, li pe envoy tou zafer kot Distrik Council ek Distrik Council pe envoy tou lor minis. Pena resilta ek nou fami pe soufer. Nou pa pe dimand en ta, nou pe rod la justice. Nou pa kapav continye viv dan sa bann kondisyon la. Ena malade ladan. » Et de menacer : « Si minis Bunwaree pa pe aid nou, nou pou faire ene gran manifestation dan aeroport. »