Mgr Ian Ernest, évêque de Maurice, est heureux de constater que la fête de Noël « pénètre le cœur de chaque famille mauricienne », et ce indépendamment, dit-il, de la religion et des opinions individuelles. Le chef de l’église anglicane reconnaît qu’il y a « beaucoup de problèmes dans notre société et beaucoup de souffrances dans des familles », mais que la naissance de Jésus, selon lui, « offre une nouvelle manière de vivre » et d’inviter ainsi les Mauriciens à « faire beaucoup plus d’efforts pour semer tout autour de nous un esprit d’amour, de paix, de joie, de partage, de solidarité ».

Selon Mgr Ernest, il est un fait que la fête de Noël mobilise l’attention de tout un chacun et permet, « au-delà des tracas de tous les jours, de ressentir des sentiments de joie et porteurs de promesses ». Il ajoute que cette fête permet « de resserrer les liens d’affection au sein de la famille et de consolider les relations d’amitié sur notre lieu de travail ou dans notre voisinage ». Mais il insiste aussi sur l’existence de Dieu dans les actions quotidiennes : « La fête de Noël nous rappelle que sans Dieu, il serait impossible pour nous d’être à la hauteur de nos responsabilités, qui consistent à faire de ce monde un lieu de paix, de justice et à faire de nous des hommes et des femmes de bonne volonté. ». Ci-après, des extraits du message de Mgr Ernest :

« Ne sommes-nous pas à la recherche d’une nouvelle vie qui soit plus épanouissante, ne sommes-nous pas à la recherche du plus beau ? Car très souvent, nous vivons avec ce qui est laid et vilain : le mépris à l’égard des plus vulnérables, la violence au sein des cellules qui constituent la société, l’hypocrisie qui sévit dans plusieurs milieux et cette corruption obscène qui fait obstacle à la méritocratie. Ne sommes-nous pas à la recherche d’une lumière qui fera paraître au grand jour des agissements ténébreux des personnes avec un “hidden agenda” ? Quand le Fils de Dieu est né parmi nous, soudainement, un flot illimité de lumière, de gloire, d’intelligence, d’ordre et d’amour se déverse et nous enveloppe. Ce flot d’énergie lumineuse porteuse de promesses a le pouvoir de transformer des situations humaines qui, parfois, nous dépassent. Nous sommes donc invités à nous rapprocher du “Cœur de Dieu”. »

« Depuis 14 ans, nous organisons l’Angel Tree – une initiative qui donne lieu à des rencontres entre les résidents de nos institutions carcérales et leurs enfants et conjoints à Noël, et au cours de laquelle des cadeaux sont offerts aux enfants par leurs parents incarcérés. J’ai assisté la semaine dernière à une de ces rencontres au cours desquelles il y a des moments forts d’émotions et de promesses pour une vie qui a le potentiel d’être transformée. Malgré les erreurs, même graves, qu’on peut commettre, il existe toujours des possibilités pour se corriger et agir de manière différente. Ces rencontres à la prison ont donné lieu à des manifestations de tendresse, de confiance, de pardon et d’affection profonde. Noël nous offre ces moments – de belles perspectives pointent à l’horizon au cœur d’une société d’hommes et de femmes qui veut être aimée, respectée, reconnue et pardonnée. Noël est ce moment formidable qui exalte la présence de Dieu dans le monde; l’autre nom de Jésus est ‘Emmanuel’ – Dieu avec nous –, sa présence est essentielle au bon fonctionnement de toute société humaine. Sans lui, il serait impossible de faire du don de soi une culture de vie. Le déficit du monde d’aujourd’hui, c’est son incapacité à susciter en nous le don de soi ou le don de servir sans que nous attendions quoi que ce soit en retour. »

« Dans notre propre société, nous avons suffisamment de problèmes. Il y a des enfants qui n’ont jamais connu la stabilité dans leur vie de famille, qui n’ont pas connu leur père, qui ont été forcés à prendre des responsabilités à un jeune âge à cause des circonstances difficiles de la vie de famille, un parent malade, drogué, chômeur, alcoolique et d’autres encore qui sont abusés, exploités et qui deviennent malgré eux des consommateurs de drogues synthétiques et des délinquants. Il y a beaucoup de souffrance. C’est un scandale.
Dieu a voulu mettre de l’ordre et en envoyant son Fils, il nous offre une nouvelle manière de vivre : Noël nous parle des liens d’affection entre nous et Dieu et nous avec les autres. Dieu nous invite à être ses collaborateurs afin qu’ensemble, nous donnions à la crèche de Bethléem tout son rayonnement d’humanité. »