La fronde anti-métro devrait gagner la ville de Quatre-Bornes après le coup des habitants de Résidence Barkly et de La Butte. En effet, le leader du Reform Party, Roshi Bhadain, animera une réunion d’information ce soir à la municipalité de Quatre-Bornes au sujet des séquelles du passage des rames du métro dans les principales artères de la ville. Il envisage également d’engager une initiative sur le plan diplomatique. Ainsi, sur la base d’une pétition comprenant les signatures d’un maximum d’habitants des régions de Belle-Rose et de Quatre-Bornes, Roshi Bhadain compte alerter formellement les autorités indiennes contre l’utilisation des fonds de plus de Rs 12,7 milliards accordés à Maurice pour défigurer la ville de Quatre-Bornes et les régions avoisinantes, sans oublier les autres agglomérations urbaines sur le corridor urbain entre Curepipe et Port-Louis. Dans la conjoncture, il réitère son appel à tous les députés de l’opposition des circonscriptions urbaines pour qu’ils soumettent leur démission de l’Assemblée nationale afin de forcer des élections générales anticipées.
« Les habitants de Belle-Rose/Quatre-Bornes se retrouvent à la croisée des chemins avec le passage du métro dans les principales artères, soit la route Saint-Jean et l’avenue Victoria. Ce ne sont pas seulement ces deux parties de la ville qui sont concernées par ce projet. Tout le réseau routier de la ville sera chambardé du fait que le principal point d’accès à la ville sera muté de la route Saint-Jean vers le rond-point de l’avenue des Tulipes, et tout le volume de véhicules basculant sur Hillcrest. Ce danger d’asphyxie routière guette Quatre-Bornes », souligne Roshi Bhadain pour justifier sa démarche sur le plan diplomatique.
« Avec la pétition contre le projet Metro Express, signée par un maximum d’habitants de Belle-Rose/Quatre-Bornes, je compte faire appel au gouvernement indien pour faire état des problèmes graves et irrémédiables découlant de l’utilisation du “grant” accordé par New Delhi à Maurice. Comme les habitants de cette ville de même que les usagers de la route devant transiter par cette région s’en rendront compte, c’est à une véritable charcuterie routière que se livreront les contracteurs indiens de Larsen & Toubro pour la construction du métro. Je suis sûr que New Delhi n’acceptera pas de financer la destruction de la ville de Quatre-Bornes et d’autres régions de l’île », poursuit le leader du Reform Party en prévision de la nouvelle étape de sa campagne de mobilisation contre ce projet.
Avant de transmettre la pétition à l’Inde, Roshi Bhadain compte en remettre une copie à la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, en vue de demander au gouvernement de revoir sa copie. « J’ai déjà fait état de mes appréhensions auprès du chef de la mission diplomatique indienne à Maurice. Je compte également rappeler au gouvernement indien que j’ai démissionné de l’Assemblée nationale pour permettre à mes mandants de se prononcer sur cette question. En même temps, je lance un appel à tous les députés de l’opposition des circonscriptions No 1, 17, 18, 19 et 20 principalement pour qu’ils démissionnent de l’Assemblée pour forcer le gouvernement à appeler le pays aux urnes de manière anticipée. En plus, si Pravind Jugnauth est convaincu du bon travail de son gouvernement, pourquoi ne cherche-t-il pas une légitimité, autre que par l’imposte, pour son gouvernement, avec des élections générales ?? » s’appesantit l’ancien ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance.
Les principales préoccupations du leader du Reform Party au sujet du passage du métro à Quatre-Bornes et Belle-Rose se situent au niveau des déviations majeures dans le trafic routier. « Ce sera un chambardement total dans les habitudes des usagers de la route, sans compter les inconvénients inimaginables, non seulement pour les riverains du trajet du tram, mais pour tous les habitants », confie Roshi Bhadain.
Ainsi, avec l’élimination de deux voies sur la route de Saint-Jean pour permettre aux trains de circuler, la vocation de cette artère sera transformée. « Le ministre Bodha a parlé de la possibilité de faire de la route St-Jean un sens unique pour la sortie de la ville. Il prévoit que l’entrée à Quatre-Bornes devra se faire par le nouveau rond-point de l’avenue des Tulipes pour se connecter avec la route Terre-Rouge/Verdun. L’avenue des Tulipes deviendra un passage obligé pour les véhicules entrant à Quatre-Bornes en passant par l’avenue Hillcrest. Avec une telle option, la région résidentielle de Sodnac perdra sa sérénité en raison du flot incessant de voitures et autres véhicules », laisse entendre Roshi Bhadain.
Le leader du Reform Party cite également le cas des habitants de l’avenue Victoria, qui accueillera une partie du tracé du projet Metro Express et des aménagements de sécurité le long de la voie ferrée. « Des propriétaires de maisons ont déjà compris l’enfer qu’ils vivront avec le passage des trains chaque six minutes devant leurs portes. Ils ont pris les devants en mettant leurs propriétés immobilières sur le marché. Qui les dédommagera pour cette dévaluation de leur patrimoine du jour au lendemain ?? Surtout qu’à ce jour, aucun test géotechnique n’a été effectué, sans compter l’absence d’un EIA Report », ajoute-t-il.
Le leader du Reform Party évoque en outre les soucis avec le clash du tracé du métro et le réseau de tout-à-l’égout le long de la route Saint-Jean, le déplacement de la force de Belle-Rose, les problèmes de sécurité et de congestion routières le long de l’avenue Ollier pour faire de la place au projet Metro Express.