Les habitants de Cent-Gaulettes, et principalement la famille Thérèse, vivent un véritable enfer depuis jeudi avec la scène cauchemardesque d’un jeune homme agressant son arrière-grand-mère de 91 ans à coups de sabre. Si le suspect Kennedy Thérèse, 24 ans, est déjà passé aux aveux pour ce meurtre crapuleux, l’enquête relève d’autres éléments tout aussi choquants qu’incompréhensibles. Avant de tuer sa victime Andréa Thérèse, le présumé meurtrier a d’abord tenté d’agresser sa mère avec le même sabre.
Avec l’inculpation provisoire de meurtre logée contre Kennedy Thérèse en fin de semaine et ses aveux complets déjà consignés, décision a été prise par les responsables de l’enquête de procéder à la reconstitution des faits, tôt hier matin. Pendant environ 45 minutes, sous forte escorte policière et en présence des éléments du Scene of Crime Office (SOCO) ainsi que des photographes de la police, le suspect a rejoué dans les moindres détails le scénario de ce drame survenu dans l’après-midi de jeudi. Le jeune homme a indiqué comment il s’en est pris pour assaillir son arrière-grand-mère Andréa Thérèse, avant de quitter à toute vitesse la maison. Après cette étape déterminante de l’investigation, confiée à la CID de Rose-Belle, le suspect est retourné en cellule policière.
Les sources proches de l’enquête et approchées par Week-End indiquent que cette vive discussion au domicile familial des Thérèse, jeudi, a très vite dégénéré avec Kennedy Thérèse tentant d’agresser d’abord sa mère. C’est ce qui ressort des séances d’interrogatoire engageant le suspect et les enquêteurs depuis ce drame. mais à défaut de pouvoir atteindre sa propre mère avec le sabre, Kennedy Thérèse prit alors pour cible son arrière-grand-mère de 91 ans qui l’avait réprimandé au cours de cette vive discussion tout en l’interdisant de sortir. Le présumé meurtrier a infligé trois coups de sabre à la tête de sa victime, qui se trouvait à ce moment sur son lit.
Le suspect a, par la suite, pris la fuite tandis que sa victime se vidait de son sang. “Ler monn fini fer sa, monn kit sabre-là dan enn store derier lakaz aprè monn sové”, fit-il comprendre au cours de son interrogatoire. La thèse de la dispute a été confirmée par la jeune soeur de 19 ans du présumé meurtrier. Elle a raconté à la police qu’une vive discussion avait éclaté entre Kennedy Thérèse et leur arrière-grand-mère avant de voir le premier nommé quittant la chambre à toute vitesse.
Le sabre utilisé pour ce meurtre sera retrouvé par la police et le suspect appréhendé sans faire preuve de résistance. L’autopsie pratiqué par le médecin-légiste plus tard confirmera que “death was due to chopped wound at the head.” D’autre part, le suspect précisa au cours de son interrogatoire qu’il n’avait nullement l’intention de tuer sa victime. Et d’ajouter qu’il a été pris d’un “accès de colère.” Par ailleurs, en dépit du fait que le suspect est un out patient du Brown Séquard Hospital depuis des années et souffre de troubles mentaux, selon ses proches, il a été rationnel tout au long de son interrogatoire. Du côté des enquêteurs, on affirme que compte tenu de cette cohérence affichée, les possibilités qu’il soit perturbé mentalement sont réduites au minimum. Toutefois, il devra être soumis à un examen médical sous peu. L’enquête se poursuit.