Le procès intenté à Sanjeev Nunkoo pour complicité dans le meurtre d’Hélène Lam Po Tang a franchi son étape finale aujourd’hui avec les plaidoiries des avocats. Dans son réquisitoire ce matin, Me Denis Mootoo, de la Poursuite, a maintenu que Sanjeev Nunkoo était bel et bien au courant de tout depuis le 12 octobre 2010 et qu’il ne fait aucun doute que le couteau acheté par l’accusé a servi à tuer Hélène Lam Po Tang. Me Mootoo a demandé au jury de ne négliger aucun détail des dépositions de l’accusé. « The statements of the Accused give the best evidence », a-t-il soutenu. Me Rama Valayden, l’avocat de Sanjeev Nunkoo, devait pour sa part faire sa plaidoirie dans l’après-midi. Le verdict sera connu demain.
Sanjeev Nunkoo est poursuivi sous une charge d’« unlawfully and knowingly aid and abet the author of a crime in the means of facilitating a crime ». Il adviendra aux neuf membres du jury de décider de sa culpabilité demain. Lors de son réquisitoire ce matin, le représentant de la Poursuite, Me Denis Mootoo, est revenu sur les preuves et témoignages présentés en Cour. « Will you wait to find the killer and then prosecute M. Nunkoo ? », a-t-il déclaré, enjoignant le jury à se concentrer sur le fait qu’une personne avait été tuée de façon brutale et que Sanjeev Nunkoo avait acheté le couteau qui avait été utilisé pour commettre le meurtre. Selon Me Mootoo, il n’y a aucun doute que l’accusé était bel et bien au courant de tout ce qui se passait. « La police est toujours en train de chercher le criminel, mais Sanjeev Nunkoo sait qui c’est. Il était présent ce jour-là. He knew what was going on. His statements are the best evidence », a soutenu Me Mootoo. Il a demandé aux jurés de lire attentivement les trois dépositions de l’accusé qui, selon lui, révèlent beaucoup de choses sur ce qui s’était passé.
La Poursuite a aussi demandé aux jurés d’écarter la possibilité qu’il y ait pu avoir un vol chez les Lam Po Tang car, a-t-elle souligné, « tous les témoins sont venus déclarer que la maison était en ordre ». Me Mootoo a fait ressortir que si Sanjeev Nunkoo était innocent, pourquoi aurait-il acheté un couteau pour par la suite le jeter dans la cour des Lam Po Tang. « Why would anyone go there and throw a knife. When he was in the house, why did he take the knife ? Because he recognised the one he bought ». L’avocat de la poursuite s’est par la suite attardé sur l’heure du décès. Si le médecin légiste était venu déclarer que, selon ses estimations, Hélène Lam Po Tang aurait été tuée le 13 octobre 2010 vers 23 h, la poursuite est d’avis que c’est le 14 octobre qu’Hélène Lam Po Tang a perdu la vie. Elle se base sur le fait que le Dr Sudesh Kumar Gungadin avait lui-même indiqué que c’était uniquement des estimations. Me Mootoo estime que si le décès remontait à 36 heures plus tôt, il aurait dû y avoir des mouches entourant le cadavre, car, dit-il, la porte était ouverte et le corps aurait attiré des bestioles.
Me Mootoo a aussi commenté la déposition du Dr Gujallu qui, souligne-t-il, n’avait pas examiné le corps. « Dr Gungadin gave a full report while Dr Gujallu wrote only a few lines based on what Dr Gungadin saw », a-t-il fait ressortir. La poursuite maintient que Sanjeev Nunkoo avait acheté le couteau qui avait servi à tuer Hélène Lam Po Tang. « Could someone have taken the knife and soaked it in blood just to get a scapegoat ? The facts showed that the knife was found inside the house. M. Nunkoo knows more about this case », a conclu Me Mootoo. Dans l’après-midi, Me Rama Valayden devait présenter sa plaidoirie. Lors de son “opening speech”, il avait laissé entendre qu’il allait aborder plusieurs aspects sur lesquels il ne s’était pas attardé durant le procès. Me Rama Valayden avait déclaré que c’était la première fois de sa carrière qu’il avait un procès où quelqu’un était poursuivi pour complicité alors que le criminel n’avait toujours pas été arrêté. Le verdict sera connu demain.