Le procès intenté à Sanjeev Nunkoo dans le cadre du meurtre d’Hélène Lam Po Tang s’est ouvert devant les Assises ce matin. L’ex-Assistant Production Manager a plaidé non coupable à la charge d’« unlawfully and knowingly aid and abet the author of a crime in the means of facilitating a crime ». Le procès se déroule ainsi devant un jury constitué ce matin, et qui sera séquestré. Deux femmes et sept hommes ont été désignés pour juger de la culpabilité de Sanjeev Nunkoo. Le procès s’est ouvert avec l’opening speech de la Poursuite, représentée par Me Denis Mootoo. L’accusé est défendu par Me Rama Valayden.
Sanjeev Nunkoo ayant plaidé non coupable, la Cour a constitué un panel de jurés. Cette liste finalisée, la juge Gaitree Jugesur-Manna leur a expliqué leurs rôles et devoirs, s’attardant sur le fait qu’ils ne peuvent communiquer avec qui que ce soit au sujet de ce procès et devaient se baser uniquement sur les preuves qui seront présentées dans cette cour. Selon l’acte d’accusation, l’ex-Assistant Production Manager des Lam Po Tang aurait « purchased a knife and provided it to an unknown person at the home of Mrs Chan Lan Lam Po Tang, knowing that the said knife was going to be used to murder her ». Après l’opening speech de la Poursuite, l’audience s’est déroulée avec l’audition des premiers témoins.
Rappelons que Sanjeev Nunkoo a été le premier suspect arrêté après l’assassinat d’Hélène Lam Po Tang, épouse de Gary Lam Po Tang, PDG d’une usine qui porte son nom. Le suspect était initialement poursuivi sous une charge d’assassinat. Cependant en juillet 2014, le Directeur des Poursuites publiques (DPP), Me Satyajit Boolell, avait initié le procès contre Sanjeev Nunkoo sous un acte d’accusation de « aiding and abeiting the author of a crime », soit d’avoir aidé une autre personne à causer la mort d’Hélène Lam Po Tang. Le couple Lam Po Tang, dont la fille est établie à l’étranger, habitait avenue des Roses, Morcellement Swan, Baie-du-Tombeau. Le corps de la victime de 61 ans avait été découvert le 15 octobre 2010 dans sa maison par son beau-frère et sa soeur. L’autopsie effectuée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin avait révélé qu’Hélène Lam Po Tang avait eu le corps lardé de plus de 30 coups d’arme tranchante.
L’époux de la victime, Gary Lam Po Tang, qui était rentré à Maurice durant le week-end du 16 octobre 2010, avait été appréhendé et placé en détention provisoire. Sanjeev Nunkoo avait déclaré que son patron lui avait ordonné de se débarrasser de son épouse pendant son voyage en Chine en octobre 2010. Niant être mêlé au meurtre, Gary Lam Po Tang avait été libéré sous caution par une décision des juges Premila Balgobin et Hajee Abdoula, siégeant en Cour Suprême, le 25 février 2011. Gary Lam Po Tang ne figure pas sur la liste des témoins assignés par le DPP pour comparaître lors du procès aux Assises. Treize mois après le crime, Sanjeev Nunkoo avait comparu dans une enquête préliminaire présidée par la magistrate Maryse Panglose-Cala, siégeant alors au tribunal de Pamplemousses. L’accusation était menée par Me Nataraj Moonesamy et la défense par Me Rama Valayden. Sanjeev Nunkoo était initialement accusé d’assassinat et avait plaidé non coupable. La magistrate l’a toutefois déféré aux Assises. « From the evidence adduced, there are sufficient reasons which raised a probable and strong suspicion of his guilt in Hélène Lam Po Tang’s murder », avait déclaré la magistrate en Cour de Pamplemousses le 5 janvier 2012.