Après trois mois de cavale, Jean Maurice Collet, âgé de 29 ans, a été présenté au tribunal de Port-Mathurin, où il fait l’objet d’une accusation provisoire de meurtre. Il demeure en détention préventive jusqu’au 22 novembre suite à l’objection de la police.

Cet exercice s’est déroulé sous forte escorte policière, des éléments de la CID de Rodrigues et de la police régulière ayant en effet encadré le suspect. Sans compter que le suspect, portant un gilet pare-balles et un casque, est entré au tribunal par une porte secondaire, située à l’arrière, une petite foule s’étant massée à l’entrée.

Aussitôt après sa comparution, il a été reconduit en détention. Entre-temps, des éléments du Scene of Crime Office ont inspecté le bâtiment abandonné où le suspect se terrait à Baie-des-Lascars.

Ils y ont saisi des vêtements, des bougies, une bonbonne de gaz ainsi que des aliments, renforçant ainsi les soupçons des enquêteurs à l’effet que Jean Maurice Collet a bénéficié d’aide durant sa cavale.

La police a également noté que toutes les issues de cette ancienne boutique étaient fermées, à l’exception d’une imposte, que le fugitif utilisait pour entrer et sortir, probablement uniquement le soir d’ailleurs.

Le présumé meurtrier devra expliquer à la police ses différents itinéraires durant ses trois mois de cavale. Cependant, au cours de son interrogatoire hier, il a déjà avoué verbalement avoir poignardé à mort son ex-concubine.

Il devrait donner plus de détails aujourd’hui sur les circonstances du crime. Un exercice de reconstitution des faits est également prévu avant sa prochaine comparution en justice.

Par ailleurs, la CID est sur la piste des personnes ayant aidé le suspect ces derniers mois. Le propriétaire du bâtiment abandonné sera lui aussi entendu par les enquêteurs, qui souhaitent savoir quand il s’est rendu sur les lieux pour la dernière fois.

Le voisinage sera également questionné pour les besoins de l’enquête. À noter que Jean Maurice Collet sera également interrogé sur le cambriolage d’un restaurant commis à Port-Mathurin à la mi-septembre. Les images des caméras de surveillance du commerce avaient en effet filmé l’intrus, qui ressemble au suspect.

L’arrestation de ce dernier a en tout cas apporté un certain soulagement dans l’île, où un sentiment de frayeur s’était installé. Les proches de Chancella Perrine ont par ailleurs fait part de leur satisfaction à la CID de Rodrigues après la capture du prévenu.

Le jour du drame, ce dernier s’était caché dans un buisson sur le chemin menant au domicile de la victime, où il avait attendu Chancella Perrine, partie chercher ses enfants à l’école. En l’apercevant, il lui aurait assené plusieurs coups de couteau avant de s’enfuir. À noter qu’au moment de l’agression, la victime portait son nourrisson d’un an dans ses bras et qu’elle avait à ses côtés ses deux enfants, âgés de cinq et trois ans.

Avant de rendre l’âme, elle a pu confier à sa mère qu’elle avait été agressée par Jean Maurice Collet. Selon la police, ce dernier n’aurait pas digéré que la victime mette un terme à leur relation. D’ailleurs, il était déjà en liberté conditionnelle au moment du drame pour avoir incendié la maison de la mère de ses enfants.