L'accusé principal, Yesudas Veeranah, ancien étudiant de médecine et époux de la victime

L’accusé principal, Yesudas Veeranah, ancien étudiant de médecine et époux de la victime, avait été condamné à 8 ans de prison en 2013 aux Assises.

Tarachand Bahal et Premila Woodun, l’ami et la tante de la victime, avaient obtenu l’immunité du DPP pour témoigner dans cette affaire.

Quatorze ans après, l’affaire de Nisha Veeranah revient sur le tapis. Après Yesudas Veeranah, son époux, qui avait été condamné à 8 ans de prison par le juge Benjamin Marie-Joseph, c’est au tour de ses deux présumés complices, qui avaient été arrêtés dans le cadre de cette affaire en 2005, de répondre devant la justice. Tarachand Bahal et Premila Woodun, l’ami et la tante de Yesudas Veeranah, avaient obtenu l’immunité du bureau du DPP afin de témoigner dans cette affaire.  Tarachand Bahal répond d’une accusation formelle de “giving instructions to commit a misdemeanour” devant la Cour intermédiaire alors que Premila Woodun, elle, est poursuivie sous une accusation formelle de “concealing corpse”.

L’affaire a été formellement logée devant la Cour intermédiaire la semaine dernière et le procès a été fixé au 9 décembre. Tarachand Bahal nie avoir donné des instructions à son ami pour cacher le cadavre de Nisha Veeranah alors que la tante, elle, dément avoir participé à cet exercice au cimetière de Saint Martin. Tous deux ont ainsi plaidé non coupable.

Cette affaire remonte à 2005. Le cadavre de Nisha Veeranah avait été retrouvé 18 jours après sa disparition dans la tombe d’une autre personne au cimetière de Saint Martin dans un état de décomposition avancée. Yesudas Veeranah avait été arrêté le 16 novembre 2005 après que son épouse avait été portée manquante pendant plusieurs jours. Après plusieurs jours d’enquête de la MCIT, menée par le défunt Prem Raddhoa, le jeune homme, qui en était à sa dernière année d’étude en médecine à l’école de Belle-Rive, avait finalement indiqué à la police l’endroit où il avait enterré sa femme, au cimetière de Saint Martin, après l’avoir tuée. Les époux, qui s’étaient mariés quelques mois plus tôt, étaient partis pour une virée en voiture. Le jour du drame, une violente dispute avait éclaté entre eux alors qu’ils étaient en voiture.

Dans sa déposition à la police, le jeune homme avait expliqué que c’est par accident que son épouse avait trouvé la mort. Lors de la dispute, Yesudas Veeranah aurait en effet tenté de calmer son épouse, qui serait devenue violente, mais après quelques minutes, il aurait réalisé qu’elle avait cessé de se débattre et qu’elle ne bougeait plus. Il aurait par la suite essayé de la réanimer, en vain. À la police, il avait indiqué que c’est par panique qu’il avait eu l’idée de l’enterrer. Il avait alors sollicité l’aide de Tarachand Bahal, qui lui aurait proposé d’enterrer le corps dans une tombe où une autre personne avait été enterrée deux jours auparavant.

Le corps de la jeune femme avait été retrouvé 18 jours plus tard dans un état de décomposition avancée. Le médecin légiste a attribué la mort à une “compression of the neck”. Le 1er octobre 2013, après presque un mois de procès aux Assises, Yesudas Veeranah avait été reconnu coupable de “wounds and blows causing death without intention to kill” par les membres du jury. Le juge Benjamin Marie-Joseph l’avait alors condamné à 8 ans de prison. Lors du procès, Tarachand Bahal et Premila Woodun, qui avaient été arrêtés et faisaient face à des charges provisoires, avaient obtenu l’immunité du DPP pour témoigner. Seule la tante avait alors été appelée à la barre.