Le procès intenté à Yavinash Lutchmun pour le meurtre de la petite Drishtee Jeetoo, âgée de 3 ans, tire à sa fin. Les avocats des deux parties ont présenté leurs plaidoiries hier. Alors que le “summing up” du juge Benjamin Marie-Joseph et les délibérations des jurés étaient prévus pour ce matin, ceux-ci ont été renvoyés pour demain. Dans son réquisitoire, la Poursuite estime que la charge a été prouvée “beyond reasonable doubt” alors que l’avocat de la défense a évoqué un complot des policiers pour donner la même version en Cour.
Après plus d’un mois, le procès intenté devant les Assises à Yavinash Luchmun, boulanger âgé de 27 ans au moment des faits, a franchi la dernière étape hier. Après le témoignage du dernier témoin de la défense, l’ancien Chief Police Medical Officer le Dr Amarcharya Gujallu qui est venu remettre en question de rapport d’autopsie du Dr Sudesh Kumar Gungadin, la poursuite menée par Me Asha Ramano-Egan a présenté son réquisitoire hier, avant la plaidoirie de l’avocat de la défense Me Deepak Rutnah. Pour la poursuite, il est clair que la charge de manslaughter qui pèse sur Yavinash Lutchmun a été prouvée durant le procès beyond reasonable doubt. Me Asha Ramano-Egan a attiré l’attention sur le fait que les versions de l’accusé n’étaient pas cohérentes alors que les policiers qui avaient enquêté sur cette affaire avaient déposé de façon claire et convaincante en Cour. La poursuite estime que le rapport et le témoignage présentés en Cour par le Dr Sudesh Kumar Gungadin sont restés « unchallenged », en dépit du témoignage du Dr Gujallu qui, selon elle, voulait faire croire que l’actuel Chief Police Medical Officer n’avait pas fait son travail comme il fallait. La poursuite devait aussi attirer l’attention des jurés sur le fait que la défense avait voulu faire croire que c’est la mère qui frappait la victime. « Defence wanted to put the blame on Mrs Jeetoo », a déclaré Me Asha Ramano-Egan.
Dans sa plaidoirie, Me Rutnah, qui lors du procès avait à maintes reprises confronté les enquêteurs au fait qu’ils ne disaient pas la vérité, devait évoquer un complot entre ces policiers pour donner la même version en Cour. L’avocat a aussi soutenu que tout ce que son client avait dit en Cour, il l’avait aussi dit aux policiers le jour de son arrestation mais ces derniers avaient « styled his statements ». Selon Me Rutnah, le Dr Gundagin a failli dans ses fonctions quand il ne s’est pas rendu sur les lieux du crime. Me Rutnah s’est aussi appuyé sur les dépositions de certains témoins de la poursuite qui étaient venus eux-mêmes déclarer en Cour que c’est la mère de la victime qui frappait violemment la petite fille.
Le juge Benjamin Marie-Joseph fera demain le summing up du procès, après quoi les membres du jury devront se retirer pour les délibérations. Rappelons que ce boulanger de 27 ans habitant Mare-d’Albert est accusé d’avoir frappé à mort Drishtee Jeetoo, la fille de sa concubine, dans la soirée du 14 décembre 2010 à Rivière-des-Anguilles. L’accusé avait fait la connaissance de la mère de la victime en mars 2010. Quelques semaines plus tard, ils avaient contracté un mariage religieux. Le couple a commencé à vivre sous le même toit, en compagnie de Drishtee Jeetoo qui est issue du premier mariage de sa mère. Le rapport d’autopsie, rédigé par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, a attribué le décès à une rupture du foie. Le médecin a également relevé des plaies et ecchymoses sur le corps de la fillette. L’accusé a plaidé non coupable.