Les enquêteurs de la CID de Trou-aux-Biches sont sur la piste de deux anciens employés de la Villa Lotus, à Pointe-aux-Biches, qui pourraient apporter des précisions sur le meurtre du gérant de l’établissement, Ajith Kumar Tohubul, âgé de 61 ans au moment du drame. Ils ont multiplié jeudi les démarches pour les retrouver, mais ces derniers ne se trouvaient pas chez eux. 
Ce développement intervient après que les enquêteurs ont visionné les caméras de surveillance d’un bâtiment se situant à une centaine de mètres du lieu du crime. Ils ont ainsi aperçu les deux anciens employés ensemble près de la Villa Lotus dans la journée de mardi. Leur démarche intrigue la police car ils ne travaillent même plus dans la région. Interrogés par les hommes du surintendant Cally, les employés de l’établissement ont déclaré n’avoir pas rencontré leurs anciens collègues ce jour-là et qu’ils ne les ont pas vus non plus discuter avec le gérant. De plus, les deux anciens employés ont quitté leur domicile depuis jeudi. La police n’a pu mettre la main sur eux lors d’une descente alors que leurs versions des faits sont jugées cruciales pour la suite de l’enquête, d’autant plus que la police dispose d’informations selon lesquelles ils auraient déjà eu une vive altercation avec la victime après leur licenciement pour vol. L’un d’eux aurait même allégué que « sa zafer-la pa pou fini koumsa »
Par ailleurs, Vickram Koonjoobeeharry, 37 ans, arrêté mercredi, clame son innocence. Ce client de la Villa Lotus a insisté sur le fait qu’il n’est pas impliqué dans ce meurtre, même s’il a avoué s’être rendu sur place mercredi après-midi « pour louer une chambre ». Le suspect a laissé entendre qu’il avait appelé Ajith Kumar Tohubul mais que personne n’avait répondu. Il est alors reparti tranquillement. Mais les enquêteurs estiment qu’il dispose d’informations sur ce meurtre qu’il n’a pas encore dévoilées jusqu’ici. Par ailleurs, la police poursuit son enquête sur le terrain en recueillant le maximum de renseignements auprès des proches du sexagénaire afin d’établir ses différentes relations.
Le cadavre d’Ajith Kumar Tohubul a été découvert par un employé de la Villa Lotus mercredi. La victime se trouvait alors dans la chambre 104 dans une position assise près du lit avec du sang sur le corps. Il aurait tenté de lutter avec ses agresseurs. L’autopsie a conclu que son décès résulte d’une fracture et d’une dislocation du cou. Sa chambre et deux autres pièces du bungalow étaient sens dessus dessous, avec des vêtements jetés à même le sol. Dans un premier temps, la police avait privilégié un vol ayant mal tourné avant d’explorer la piste de la vengeance. Les proches de la victime ont noté la disparition des caméras CCTV, de son appareil d’enregistrement et de deux télés. La police soupçonne qu’au moins un des agresseurs était un habitué de la villa car ayant pris le soin d’emporter les caméras de surveillance pour que la police ne puisse l’identifier.