Elle a connu une fin atroce entre les mains de son ex-concubin, Vidish Jogannah, âgé de 20 ans. Patricia Verrière, une femme de 41 ans qui travaillait comme Bar manager à l’hôtel Intercontinental, a été retrouvée morte dans la soirée du samedi 4 juin, dans un appartement d’Adam Place Building, à Casa Florida Lane, Pereybère. Ce sont ses amis, restés sans nouvelles d’elle, qui ont découvert le cadavre et ont allerté la police. D’après une autopsie pratiquée par le Principal Police Medical Officer (PPMO), Maxwell Monvoisin, la victime a succombé à une Ligature Strangulation. Après sa comparution en Cour, lundi, sous une charge provisoire de meurtre, Vidish Jogannah a été reconduit en cellule policière.
Patricia Verrière avait grandi au Canada avant de venir travailler dans l’hôtellerie à Maurice. Elle avait rencontré Vidish Jogannah il y a à peine six mois, mais avait récemment décidé de mettre un terme à leur relation, car le jeune homme lui avait, à maintes reprises, fait subir des violences physiques. Elle aurait même entrepris des démarches afin d’obtenir un Protection Order, mais aucune de ces démarches n’ont pu tenir à distance son amant.
L’alerte a été donnée par les amis de la quadragénaire qui, inquiets de ne pas avoir eu des nouvelles de la quadragénaire depuis vendredi, s’étaient présentés à son domicile, à Pereybère, samedi, à plusieurs reprises. Vers 14 heures, l’un d’eux, possédant un double des clés de l’appartement, a pu donner à ses amis l’accès à l’appartement, mais ces derniers n’avaient alors rien constaté d’anormal, bien que l’absence de leur amie les inquiétait toujours. Ils s’y sont de nouveau présentés aux alentours de 21 heures et c’est à ce moment qu’ils se sont rendu compte que la poignée de la porte avait été endommagée et qu’une odeur nauséabonde empestait les lieux.
C’est après avoir poussé la porte de la chambre qu’ils ont découvert le cadavre ensanglanté de la victime. Patricia Verrière avait été bâillonnée par son agresseur, avait eu les pieds ligotés, et avait été placée sous le lit. La brigade criminelle de la Northern Division a alors été alertée et les premiers recoupements d’informations effectuées auprès de l’entourage de la victime les ont vite menés à Vidish Jogannah. Ce dernier a été interpellé dès le lendemain matin au domicile de ses parents, à Gokhoola, et a d’abord prétendu ne pas être impliqué dans cette affaire. Il a ensuite comparu devant le Bail and Remand Court, pour une charge provisoire de meurtre, avant d’être reconduit au poste. Soumis à un feu roulant de questions, il a fini par avouer son crime, expliquant s’être rendu chez la quadragénaire dans la soirée du vendredi 3 juin pour récupérer ses affaires et qu’une violente dispute avait éclaté entre son ex-concubine et lui. Il a déclaré qu’après l’avoir rouée de coups, il l’a ligotée et bâillonnée, puis l’a étranglée avec le câble de téléphone. L’autopsie pratiquée par le Principal Police Medical Officer (PPMO) Maxwell Monvoisin a confirmé cette thèse. Le décès de la victime a été attribué à une Ligature Strangulation. Après avoir placé la dépouille de Patricia Verrière sous le lit et nettoyé l’appartement, il avait quitté les lieux. Une reconstitution des faits du drame a eu lieu durant l’après-midi de ce dimanche.
Le lundi 6 juin, Vidish Jogannah a de nouveau comparu en Cour, sous une charge provisoire de meurtre, et a été reconduit en cellule policière. Les pièces à conviction récupérées sur le lieu du drame, soit le câble de téléphone et un morceau de tissu, ont été envoyées au Forensic Science Laboratory aux fins d’analyses. L’enquête suit son cours. Les obsèques de Patricia Verrière ont eu lieu jeudi, à l’église du Sacré-Coeur, à Beau-Bassin. Elle a été incinérée au crématoire de Gandhi Palma, à Quatre-Bornes.