Le nonagénaire Seewooduth Ghoorbin, qui faisait face à un procès aux Assises pour le meurtre de Rajesh Nathooram à l’escalier, le 13 octobre 2010, a pu échapper à une peine d’emprisonnement. Le juge Pritviraj Fekna, siégeant en cour d’Assises, l’a condamné à payer une caution de bonne conduite de Rs 50 000.
Seewooduth Ghoorbin a été reconnu coupable hier par le juge Pritviraj Fekna du meurtre de Rajesh Nathooram à l’Escalier le 13 octobre 2010. Il lui était reproché d’avoir agressé Rajesh Nathooram avec sa canne qui contient un embout tranchant. Il répondait d’une charge de « wounds and blows causing death without intention to kill », dont il a plaidé coupable en cour. Le juge l’a condamné à payer une caution de bonne conduite de Rs 50 000 et à faire preuve de bonne conduite pour une durée de trois ans, faute de quoi il fera six mois de prison. Dans son jugement, le juge Fekna fait savoir qu’il a pris en considération l’âge avancé de l’accusé ainsi que son état de santé. Le nonagénaire devra donc rester au couvent pour personnes âgées où il se trouve avec sa femme vu qu’il y bénéficie d’un suivi médical. La directrice du couvent en question, appelée à la barre des témoins, avait soutenu que compte tenu de son âge avancé, Seewooduth Ghoorbin, avait besoin d’assistance permanente et que l’institution s’assure, par le biais de l’infirmière en charge, que le nonagénaire prend ses médicaments régulièrement. Un médecin ayant traité Ghoorbin a quant à lui déclaré qu’il avait noté une détérioration de l’état mental de l’accusé. « Son autonomie globale est en baisse avec des difficultés importantes à comprendre les questions qu’on lui pose ». Le médecin avait ajouté que dans l’état dans lequel se trouve l’accusé, il suffit de changer son environnement pour que son état de santé s’aggrave. Il a indiqué que l’accusé « se trouve dans une structure protégée qui encourage des activités psychiques et physiques aidant à maintenir son état mental ».
Les faits remontent au 10 octobre 2010. Seewooduth Ghoorbin se rendait à une rivière près de chez lui pour y jeter des feuilles de coco. C’est en allant à cet endroit qu’il a rencontré la victime, qui a commencé à l’insulter parce qu’il jetait ses ordures dans le bassin. L’accusé avait déclaré dans sa déposition que la victime devenait de plus en plus agressive et a alors lancé des pierres sur lui. C’est à cause de cela qu’il avait retiré sa « canne-épée » pour se défendre. Il soutient que Nathooram lui avait lancé une pierre au visage et qu’il s’est évanoui par la suite, en sang. Il a été transporté à la Mediclinic de l’Escalier pour des soins. Dans sa déposition, l’accusé déclare qu’il ne savait pas ce qu’il était advenu de Rajesh Nathooram mais qu’il a appris qu’il était mort. Il a aussi déclaré qu’il ne savait pas où se trouvait sa canne depuis l’altercation. Il affirme qu’il aurait pu avoir heurté Rajesh Nathooram avec sa canne quand il a tenté de se défendre.
Me Gavin Glover, qui défendait les intérêts du nonagénaire, avait, lors de sa plaidoirie, évoqué l’âge avancé de l’accusé et son état de santé qui se détériore. Me Glover avait soutenu que si son client écopait d’une peine de prison, cela aurait un effet néfaste sur sa vie. Le juge Pritviraj Fekna a pris note des observations de la défense et a par la suite décidé d’éviter la prison à Ghoorbin, le condamnant à payer une caution de bonne conduite de Rs 50 000.