Le procès intenté à Sylvain Alain Brasse pour avoir poignardé Ganeshwar Ragoo, le fils de sa compagne, a été entendu hier devant le juge Benjamin Marie-Joseph siégeant aux Assises. Le quinquagénaire a plaidé coupable d’une charge de “wounds and blows causing death without intention to kill”. Après avoir écouté les témoins et les plaidoiries des hommes de loi, le juge a réservé son jugement.
Me Satish Faugoo avait été commis d’office pour défendre les intérêts de l’accusé, alors que la poursuite était représentée par Me Pravind Harrah. Le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, qui avait pratiqué l’autopsie, a attribué le décès de Ganeshwar Ragoo à une « stab wound to the heart ». En cour hier, le médecin a produit le rapport d’autopsie et confirmé la cause du décès. Par la suite, le Main Enquiring Officer a été appelé à la barre des témoins. Il a produit les dépositions de l’accusé à la police.
Les faits remontent au 29 octobre 2013. Depuis deux ans, Alain Sylvain Brasseau vivait au domicile de sa compagne, Sayeda Sookiah, où vivait également le défunt. « Nou ti pe viv bien kouma enn koup. Garson-la ti abitie bwar bokou ek li kontan mo madam bokou. Li ti bien deplezan », avait raconté l’accusé à la police. Sylvain Brasse et Ganeshwar Ragoo ne s’entendaient pas et avaient souvent des altercations houleuses, notamment car le second était souvent ivre. Le soir des faits allégués, la situation avait très vite dégénéré vers 21 heures. Après une vive dispute, les deux en sont venus aux mains et Sylvain Brasse a poignardé la victime avec un couteau de cuisine. Ganeshwar Ragoo avait été transporté d’urgence au Sir Seewoosagur Ramgoolam North Hospital, où son décès avait été confirmé. Entre-temps, Alain Sylvain Brasse était passé aux aveux concernant le meurtre de son beau-fils. Lors du contre-interrogatoire, Me Faugoo a fait ressortir que le même jour, plus tôt, Alain Sylvain Brasse et sa compagne avaient porté plainte au poste de police de Triolet au sujet du comportement de la victime. Le policier a confirmé qu’il y avait bel et bien une entrée dans les livres de la police et qu’un policier s’était même déplacé ce jour-là pour rencontrer Ganeshwar Ragoo. Le policier devait aussi confirmer que le beau-fils était ivre et insultait tout le monde. Après les plaidoiries des hommes de loi, le juge a mis en délibéré son jugement.