Au ministère du Travail, des Relations industrielles et de l’Emploi, le bureau de l’Audit reproche le retard apporté à renouveler les permis de dix agents recruteurs. Ces derniers continuant de recruter des travailleurs pour des emplois à l’étranger ainsi que des étrangers pour des emplois à Maurice, l’Audit estime que ces recrutement sont illégaux. De son côté, le ministère dit devoir attendre le feu vert du bureau du Premier ministre avant de délivrer les permis.
Dans son rapport, l’Audit précise que dix agents recruteurs attendaient toujours le renouvellement de leur permis d’opération en 2012. Il y avait 21 demandes, dont neuf ont été approuvées en 2012 et deux durant le premier trimestre 2013. Il en restait donc neuf attendant toujours leur permis du ministère du Travail pour être en conformité avec la loi. « Cependant, ces agents recruteurs opéraient toujours, sans leur permis, en contravention de la loi» , note le rapport.
L’Audit précise que le ministère a expliqué ne pas avoir d’autre choix que d’attendre l’aval du PMO avant de renouveler les permis. Suivant la réaction du ministère aux commentaires du rapport de l’Audit – comme rapporté par l’Audit lui-même –, ces agents recruteurs, de par la nature de leurs opérations (surtout ceux recrutant à l’étranger), ne peuvent cesser leurs activités à la date exacte de l’expiration de leur permis. « En fait, ces agents recruteurs, dans la plupart des cas, sont déjà engagés dans des activités de recrutements avec les demandeurs d’emploi et les employeurs, et ils sont obligés de respecter leurs engagements auprès d’eux », explique le ministère.
En outre, poursuit le ministère, la plupart de ces agences de recrutements louent des bureaux, paient la taxe municipale et les autres redevances, et emploient du personnel. « Leur demander de geler toutes leurs activités en attendant le renouvellement de leur permis implique la perte d’opportunités de travail pour les demandeurs d’emploi, le renvoi du personnel et peut entacher leur crédibilité, surtout vis-à-vis des employeurs étrangers », explique-t-on. « Par conséquent, ces agents continuent à nous soumettre leurs rentrées, étant donné le principe selon lequel leur permis sera renouvelé, même avec du retard », poursuit le ministère. « Au cas où le PMO objecterait au renouvellement du permis, nous leur ordonnons de cesser immédiatement toutes activités et nous effectuons des visites surprises tout en référant toute infraction de la loi à la police », explique encore le ministère pour rassurer l’Audit.
Le ministère se propose d’inviter les agents recruteurs à renouveler leur permis six mois avant leur expiration, contre trois actuellement. L’Audit fait observer que des activités illégales de recrutements de plus de trois ans ne seraient pas en ligne avec les principes acceptables de bonne gouvernance.