Un large sourire illumine son visage… Bessika Bucktowar est sur un petit nuage. Celle qui vient d’être élue Miss Mauritius 2016 est âgée de 21 ans et compte tirer profit de ce concours pour venir en aide aux orphelins et aux chiens errants. À son domicile, à Triolet, elle possède 15 chiens, quatre chats et deux tortues. Étant à sa deuxième année d’étude en psychologie à l’Université de Maurice, elle dira avoir encore beaucoup de choses à accomplir. La Miss Mauritius 2016 attend de défendre prochainement les couleurs de son île au concours Miss World.
Au premier abord, Bessika Bucktowar se présente comme une jeune fille discrète, très réservée, mais curieuse de la vie et du monde qui l’entoure. Sa participation au concours Miss Mauritius, elle la doit à sa mère Yodisha, sa plus grande fan qui a cru en elle. Bessika Bucktowar dit, pour sa part, avoir été inspirée par Danika Atchia, la précédente Miss Mauritius. « J’ai vu ses photos sur internet, ses interviews. Sa simplicité et sa force de caractère m’ont beaucoup inspirée. Comme je suis étudiante en psychologie, j’aime bien étudier le comportement des gens. D’ailleurs, ce qui me plairait, c’est de m’occuper des orphelins. Les enfants qui ont grandi sans leurs parents sont plus vulnérables et ont besoin d’un encadrement solide. Il en va de même pour les chiens errants. Cette passion m’a été transmise par ma mère, qui, à chaque fois qu’elle en voit un, adopte un chien errant. Notre cour est remplie de chiens errants et l’amour que ma mère leur voue est un bel exemple. »
Au son de sa voix remplie d’émotions, on sent bien que la nouvelle Miss Mauritius est sensible à cette cause et pourrait même en parler pendant des heures. Parlant du concours, Bessika Bucktowar avoue n’avoir pu contenir sa joie en étant parmi les cinq finalistes. « Je savais que j’avais une chance d’être couronnée et gagner a été une joie immense. Il y avait de très belles filles et chacune avait ses chances. » Se décrivant comme quelqu’une de réservée, Bessika reconnaît qu’être sous les feux des projecteurs ne sera pas de tout repos. « C’est un défi qui me permettra d’afficher un esprit plus indépendant. Ma priorité est d’étudier et de décrocher mon diplôme en psychologie. Je m’entraîne aussi dans une salle de gym et une des facettes de cette compétition, qui est de promouvoir la beauté, me permet aussi de développer mon moi intérieur. La personnalité et le charme ne sont pas les seules choses qui comptent, venir en aide aux autres est tout aussi important. »
La beauté intérieure, un autre atout que privilégie cette jeune Miss. « Participer à un concours, cela engendre toujours des critiques, mais la Miss qui participe a ses raisons. Moi, je voulais gagner en assurance et surtout être une Miss qui pourrait représenter son pays. Il faut croire en ses rêves et se donner la peine d’y arriver. On est déjà à la 46e édition et ce concours a vu défiler beaucoup de filles qui occupent aujourd’hui des postes importants et toutes ont encore des souvenirs de leurs élections. Être Miss, c’est une couronne pour la vie. »
Calme et disciplinée, Bessika Bucktowar ne formule pas de grands projets d’avenir. Pour l’heure, elle souhaite faire ses preuves en représentant Maurice et se dévouer aux causes qui lui tiennent à coeur, et ce, pendant son année de règne avant de passer le flambeau l’an prochain.