Le président de la Mauritius Library Association (MLA), Gheerish Gopaul, estime qu’il est de la responsabilité de tout un chacun, enseignant et parent, de « s’assurer que l’enfant lise et comprenne ce qu’il lit ». C’était lors d’un séminaire organisé par l’association, au collège Queen Elizabeth, en marge de la journée internationale du livre célébrée le 23 avril.
Pour le président de la MLA, une bibliothèque est plus qu’un bâtiment mais une fenêtre sur le monde où on se rend « to discover big ideas and profound concepts that help move our population forward ». Dans cette optique, Gheerish Gopaul souhaite travailler en collaboration avec tout le personnel des bibliothèques pour garder vivant ce sanctuaire. Pour lui, si on veut donner les meilleures chances à nos enfants, il faut, en tant que parents et enseignants s’assurer qu’ils sachent lire et qu’ils comprennent ce qu’ils lisent. « Reading is the gateway skill that makes all other learning possible, from complex word problems and the meaning of our history to scientific discoveries and technological aptitude », a-t-il soutenu. Gheerish Gopaul a également relevé que le livre n’est plus le seul accès aux connaissances et, dans ce contexte, « les professionnels des bibliothèques doivent constamment se réinventer. Il devient dès lors important de se regrouper pour se tenir à jour des évolutions et de se renforcer ».
Le séminaire a vu la participation d’Amarnath Hossany, auteur et animateur d’ateliers d’écriture au niveau local et international, Roshni Mooneeram, auteure, Issa Asgarally, linguiste et auteur, et Catherine Caudan, directrice de la médiathèque de l’Institut français de Maurice. Amarnath Hossany a parlé des différents acteurs impliqués dans l’industrie du livre. Roshni Mooneeram est intervenue sur la chute en termes de lecture chez les élèves et ce qui pourrait être entrepris pour remédier à la situation. Issa Asgarally a axé son intervention sur la situation générale de la lecture à Maurice et Catherine Caudan, sur les stratégies adoptées par le gouvernement français pour encourager la lecture.
Selon la MLA, environ 150 personnes ont répondu présent à cette rencontre, dont la grosse majorité était constituée du personnel des bibliothèques publiques et privées (bibliothèques des écoles tombant sous la responsabilité du ministère de l’Éducation et aussi de la Private secondary school authority, de la Bibliothèque nationale, des bibliothèques municipales, des universités, du Mauritius Institute of Education, des Centres de lecture et d’animation culturelles). Quelques auteurs locaux avaient également fait le déplacement.