De retour de sa participation à la Jaipur Fashion Week, qui s’y est déroulée du 28 février au 4 mars, la styliste mauricienne Lida O’Reilly se dit « toute fière d’avoir découvert une nouvelle facette de l’Inde, ce pays qui fait rêver. Surtout, je suis très fière que l’on perçoive Maurice comme la “Little India”… » Encore très euphorique de sa dernière expérience où elle a eu la Miss Mauritius 2008 Anaïs Veerapatren, et la Miss India 2006 Natasha Suri, entre autres mannequins, pour présenter ses créations.
« Jaipur est une ville si chaude et colorée que j’ai compris pourquoi les Indiens n’éprouvent aucune crainte à mélanger les couleurs ! » Lida O’Reilly est toujours sous le charme de l’aventure vécue à Jaipur, plusieurs jours après son retour au pays. « Quand on se promène dans cette ville parée de rose et d’autres nuances ocre, où l’on croise des femmes qui arborent ces énormes anneaux au nez (phuli) et leurs “tikkas” bien rouges, on comprend mieux cette chaleur contagieuse qui caractérise l’endroit ! » Et cet élément de l’identité féminine de Jaipur, Lida O’Reilly s’en est directement inspirée pour embellir la collection qu’elle a spécialement élaborée pour sa participation à la Jaipur Fashion Week.
En effet, à ses tenues d’inspirations principalement occidentales, à bases de matières fluides et vaporeuses, Lida O’Reilly a relevé ses drapés et ses autres créations avec ces éléments ; transformant ces accessoires de la bijouterie en parures complétant les tenues.
Lida O’Reilly a présenté 40 nouvelles tenues à la Jaipur Fashion Week. Sous la thématique “Organic Flow”, la jeune femme a créé des robes « traduisant la chaleur et l’essence de la nature de notre petit paradis… »
De fait, les jaunes, violets, ocres et autres déclinaisons du même ton, dans des tissus toujours symbolisant la légèreté et le côté éthéré qu’affectionne tant la styliste, ont prédominé. Petite innovation : une tenue de mariée. La robe blanche a été portée par Natasha Suri, Miss India 2006 et l’une des 15 semi-finalistes du concours de Miss Monde la même année. « Natasha est une référence en matière de mannequinat ici », ajoute Mme O’Reilly. Natasha Suri a été la “show stopper” du défilé de la styliste.
La Mauricienne a également pu compter sur la participation de la Miss Mauritius 2008 Anaïs Veerapatren, pour son défilé en “pre-finale” de la Jaipur Fashion Week. « Anaïs est incontournable dans ce secteur en Inde. Je suis très contente qu’elle se soit forgée une belle place dans cet univers et qu’elle vive pleinement sa passion. »
Après avoir visité plusieurs villes indiennes depuis 2007 où elle a eu l’occasion de présenter ses créations, Lida O’Reilly estime que « chacune des villes a une entité particulière ; une vie différente, des couleurs, des saveurs, des sons… En somme, j’ai l’impression que, à chaque fois que je me rends à une Fashion Week ici, où on m’a donné ma chance, où on continue à croire en moi, je raffermis ce lien que j’ai créé avec ce pays qui fait rêver le monde entier ! »
Ce qui a davantage séduit la styliste, c’est « le fait que pour les gens d’ici, Maurice est perçue comme une “Little India”. Cette idée me rend toute fière d’appartenir à Maurice ! »
La Mauricienne conclut : « C’est devenu encore plus difficile pour moi, à chaque fois, de quitter l’Inde. Je suis si touchée à chaque fois qu’on m’invite. C’est une fabuleuse aventure pour moi ! »
Le défilé de Lida O’Reilly à la Jaipur Fashion Week s’est déroulé devant une salle comble et où « nombre de médias étaient présents. J’ai été sollicitée par de très nombreux médias spécialisés, dont des revues et des chaînes télévisées. »
De retour au pays, la styliste mauricienne continue de plancher sur ses créations et accorde un peu plus de temps à son atelier à Curepipe…