source : Facebook

Dans un ordre adressé aux différents animateurs du collectif hier, le groupe cannier leur interdit l’accès à La Cambuse.

Le groupe Omnicane a fait servir une injonction contre le collectif Aret Kokin Nou Laplaz (AKNL) hier. Il leur rappelle ainsi qu’il détient le bail sur la région côtière de La Cambuse et interdit toute manifestation sur les lieux. Pourtant, AKNL, qui avait déjà organisé un événement à cet endroit l’année dernière, n’avait rien prévu de tel ces jours-ci. Il nous revient que le collectif est en consultation avec ses hommes de loi pour analyser cette affaire.

La « notice » rédigée par Me André Robert, SA, représentant Omnicane, indique : « Take notice that : Whereas You, the persons listed in Appendic 1 of this notice, either individually or collectively or with other persons or under the name Aret Kokin Nu Laplaz plan to hold, organise, incite or otherwise carry on with the holding of a protest/march/gathering (hereinafter referred to as the Proposed Protest) in the near furture on property lawfully occupied and/or owned by Omnicane at La Cambuse. » Quatorze membres d’AKNL sont concernés par cette interdiction, à savoir Yan Hookoomsing, Carina Gounden, Vela Gounden, Oormila Sahodree, David Sauvage, Stephan Gua, Veena Dholah, Sébastien Sauvage, Ashok Subron, France Sénèque, Michel Chiffone, Raheem Gopaul, Ian Jacob et Shanon Gounden. Le ministère des Terres et du Logement ainsi que la police ont été avisés de cette « notice ».

Omnicane rappelle qu’il détient le bail sur la région de La Cambuse et interdit toute entrée « non autorisée » en ces lieux. « Whereas Omnicane is the owner of freehold land in the region of La Cambuse and further holds rights to leasehold properties belonging to the State along the coastline in the said region of La Cambuse », précise la notification légale. Disant avoir appris dans les médias qu’une manifestation est prévue à La Cambuse, Omnicane prévient que les personnes susmentionnées n’ont aucun droit d’inciter des personnes à entrer sur les « lands leased to and lawfully occupied by or belonging to Omnicane in as much as any such unauthorized entry would constitute an offence punishable by law ».

Il est ainsi rappelé que cette interdiction s’applique « on any date », sauf s’il y a une autorisation écrite d’Omnicane. En cas de non-respect de cette interdiction, une amende de Rs 75 000, plus la taxe, sera appliquée.

Au niveau d’AKNL, on ne compte pas rester les bras croisés devant une telle interdiction. Il nous revient que le collectif avait rendez-vous avec ses hommes de loi ce matin pour analyser cette notification d’Omnicane. Commentant cette affaire, Ashok Subron avance : « En interdisant à AKNL, regroupant plusieurs mouvements, l’accès à la côte de La Cambuse, Omnicane interdit en fait l’accès à tous les Mauriciens de cette région, qui a une beauté naturelle extraordinaire et qu’il faut absolument préserver. En contrepartie, ce sera l’accès libre aux capitalistes sud-africains et autres multimilliardaires dans sa Smart City .»

Ashok Subron rappelle également que La Cambuse fait partie du « bien commun de tous les Mauriciens ». Il se demande quand Omnicane a obtenu un terrain à bail pour la construction d’une Smart City. « Que l’on sache, ce bail avait été octroyé pour des développements agricoles, et non pour des résidences pour milliardaires. » Il ajoute que les activistes d’AKNL ne « se laisseront pas intimider par les menaces d’Omnicane ». Pour lui, cette démonstration ne fait que montrer « la frayeur des propriétaires sucriers face à la contestation sociale ».

De son côté, Carina Gounden, animatrice d’AKNL, invite le ministre Mahen Jhugroo à venir dire s’il y a eu des changements aux conditions du bail de La Cambuse pour permettre à Omnicane de réaliser son projet. De même, dit-elle : « Nous interdire l’accès à La Cambuse ne veut pas dire que nous allons arrêter notre combat pour récupérer les pas géométriques. Omnicane est un groupe mauricien comme nous, il doit donc comprendre le problème qui se pose par rapport à l’espace limité aux pas géométriques pour le public mauricien. »