Trois des neuf membres du comité de politique monétaire de la Banque de Maurice se sont prononcés, le 24 septembre dernier, pour une réduction du taux d’intérêt directeur alors que les six autres ont voté pour son maintien à 4,9 %.
C’est ce que révèlent les Minutes of the 27th Monetary Policy Committee Meeting. Lors de cette réunion présidée par le gouverneur de la banque centrale Manou Bheenick, ce dernier, ses deux adjoints Tandraduth Googoolye et Mohamed Iqbal Belath et trois autres membres, Jitendra Nathsingh Bissessur, Pierre Dinan et Alain Madelin, ont voté pour que le taux directeur reste inchangé. Les trois membres restants, Sivana Tenreyro, Nishan Degnarain et Rajkamal Taposeea, avaient proposé des réductions de 40 points de base, 50 points de base et 60 points de base respectivement.
Le comité de politique monétaire, indiquent les procès verbaux de la réunion, a mesuré les risques à la croissance et à l’inflation au cours des prochains mois et des scénarios alternatifs concernant le niveau du taux d’intérêt. « Opinion was divided on the monetary policy stance to be adopted », souligne le rapport rendu public hier. Certains membres du comité étaient d’opinion que les faibles perspectives concernant l’économie globale et les menaces qu’elles font peser sur l’économie mauricienne étaient bien supérieures aux risques à l’inflation, d’où selon eux un besoin d’assouplissement de la politique monétaire. Tout en reconnaissant que les perspectives de croissance de l’économie nationale étaient peu brillantes, une majorité de membres du MPC étaient d’opinion que la politique monétaire actuelle était plus ou moins appropriée.
« The upside risks to inflation coupled with the uncertainty surrounding the future evolution of the Eurozone crisis and the fiscal stance of the forthcoming Budget warranted caution on the monetary policy front. Some members further expressed concerns about the persistent negative real interest rate in the economy and its potential impact on savings deposits, asset prices and corporate indebtedness », fait-on ressortir dans les procès-verbaux de la réunion du 24 septembre.
La prochaine réunion du MPC a été fixée au 26 novembre prochain, soit deux mois après la 27e rencontre qui, elle, s’était tenue trois mois et demi après la précédente. Le MPC a ainsi écourté le délai entre ses dernières réunions. Dans les procès-verbaux suivant chaque réunion, le comité prend soin de rappeler qu’il maintient une grande vigilance dans le suivi des développements aux plans économique et financier et qu’il est prêt à se rencontrer « in between its regular meetings if the need arises ».