Le président de la Mauritius Sanathan Dharma Temples Federation (MSDTF), Somduth Dulthumun, ne votera pas pour le MMM. Il a confirmé sa position face à la presse hier, annonçant qu’il voterait pour deux candidats travaillistes et un du MSM. Lorsque les journalistes lui ont fait remarquer que deux candidats MMM et une du PTr se présentent dans sa circonscription, Somduth Dulthumun a alors changé de discours, déclarant qu’il voterait pour Jack Bizlall et un troisième « candidat valable » d’un autre parti.
Était-ce un mot d’ordre qu’il lançait en annonçant qu’il voterait pour deux candidats travaillistes et un candidat MSM ? Somduth Dulthumun a répondu que cela n’engageait que lui et « bann kamarad ki abitye swiv mwa ». Invité à en dire plus sur ces « kamarad », il a tout simplement affirmé : « Mo ena kamarad partou ».
Ce qui est sûr, c’est que le président de la MSDTF semblait ignorer que dans sa circonscription, au N° 20 (Beau-Bassin/Petite Rivière), l’Alliance de l’Unité et de la Modernité présentait deux candidats MMM et une candidate travailliste. Lorsque les journalistes le lui ont fait remarquer, il a alors déclaré : « Je voterai pour Jack Bizlall s’il est candidat au N° 20 ». Le troisième vote, a-t-il poursuivi, il le donnera à « un candidat valable » d’un autre parti.
Somduth Dulthumun a donc changé de discours lorsqu’il a été pressé de questions. Mais pourquoi s’obstinait-il à dire « deux travaillistes et un MSM » depuis quelques jours ? Une fois de plus, il a nié vouloir donner une directive à la communauté hindoue. « Quand je dis deux travaillistes, je parle de travaillistes de toutes les communautés. Il est faux de dire que j’encourage le vote communal ». Invité à préciser comment il choisirait le « candidat MSM », il a déclaré qu’il « se basera sur les compétences ».
Le président du MSDTF explique son choix du fait que « le PTr et le MSM ont beaucoup fait pour le pays », citant notamment la lutte pour l’indépendance, pour les droits des travailleurs et le développement économique. Pour le MMM, il a juste évoqué « les grèves qui ont paralysé le pays et ont eu des répercussions négatives sur les familles, avec les denrées coûtant plus cher et certaines personnes perdant même leur emploi ». Et d’ajouter : « Tout ce qui les intéressait c’était d’accéder au pouvoir. »