Il n’y est pas passé par quatre chemins : le leader du MSM Pravind Jugnauth a qualifié l’aboutissement des négociations de Paul Bérenger et Navin Ramgoolam comme étant « l’apogée des feuilletons d’horreur ». Il ajoute : « Nu fine ariv ene climax avec deux acteurs principaux ki fine pare pu vampirise le peuple ». C’était lors d’un point de presse samedi au Sun Trust Building.
Le MSM a tenu un point de presse samedi pour commenter l’actualité politique, en l’occurrence l’accord entre le MMM et le Ptr, annoncé via leur leader. Ainsi, pour Pravind Jugnauth, ce que « certains qualifient d’accord historique » ne serait en fait « que la plus grande trahison de Bérenger », ajoutant : « Paul Bérenger a contracté une alliance avec le plus grand des jouisseurs, dont l’ambition est de continuer à régner ». Le leader du MSM a poursuivi que la conférence tenue par Navin Ramgoolam et Paul Bérenger samedi matin à la Clarisse House n’avait, pour motif que le « partage de pouvoirs et la distribution de postes ». Lui faisant ainsi dire que « priorite le pep fine carrement ignore ». Pour lui, il est clair que les grands défis – tels le “law and order”, le chômage, la pauvreté ou encore le coût de la vie – ont été oubliés. Et de qualifier l’alliance « d’instable, avec un PM jaloux de ses prérogatives et un Paul Bérenger qui n’a de cesse de régner ». Il poursuit : « C’est une association de dictateurs, qui représente un danger pour la démocratie. Pas blie ki quantite chaken ine laguer pu gagn ti boute en termes de pouvoir. » Il se demande aussi pour quelle raison les deux leaders ne font pas circuler leur accord par écrit. «Ki zot pe rode caciette ? Montre nu ki tout fer dan transparence. » Selon lui, les « germes de l’instabilité » sont présents entre le leader travailliste et son homologue du MMM.
Pravind Jugnauth dit « ne toujours pas comprendre » la réaction de Paul Bérenger. Surtout, dit-il, que ce dernier a dénoncé pas mal de scandales, dont l’affaire MITD. Il dit ainsi déplorer « le soudain changement de langage » de ce dernier. « Bérenger ne pli koze Soornack ni Gooljaury. Li pass leponz zordi lor tu fraka ki li pe denonse depi 2005 », ajoutant : « Mone choke par Paul Bérenger lor la democratie. »
Les leaders rouges et mauve veulent faire de Maurice un modèle de combat contre la fraude et la corruption. Mais Pravind Jugnauth n’est pas de cet avis. « Se ki mo truve, c’est contrat ti copain. Il faut voir l’arrogance de Paul Bérenger et son insulte à l’égard de ses propres militants. Ce tandem est un danger pour la démocratie, pour la liberté d’opinion. Depuis que Paul Bérenger a contracté cette alliance, il est devenu le grand défenseur du PM. »
Le leader du MSM déploré également que la situation reste « floue » en ce qui concerne les élections. « Paul Bérenger dit que les élections se rapprochent alors que Ramgoolam avance que le Parlement reprend le 7 octobre. Il y a une grande divergence dans leur timing. Bérenger a aussi dit qu’il y aura un comité d’experts pour travailler sur la République avant les élections, alors que le PM dit que ce sera “après”. Ils ont prévu un “disaster committee” qui, en réalité, ne fera pas le poids lorsque ces deux leaders seront en désaccord. » Concernant une nouvelle alliance entre le PMSD et le Mouvement Liberater, Pravind Jugnauth explique qu’en cas d’éventuelle alliance, sir Anerood Jugnauth sera le PM pour cinq ans. Quant à une éventuelle alliance entre le PMSD et le MSM, Pravind Jugnauth répond : « Je ne peux me prononcer sur les probabilités. Mais les discussions progressent. »
Enfin, arborant un tout autre volet, à savoir celui de  la nouvelle carte d’identité biométrique, Pravind Jugnauth rappelle que le délai est fixé au 30 septembre, « et non au 15 », comme annoncé. « L’appel que je lance : ne renouvelez pas votre carte d’identité ! »