Dimanche, les citadins voteront. Dans la toute dernière ligne droite, tout semble encore permis; les deux principaux blocs restent agressifs sur le terrain. Navin Ramgoolam s’est personnellement jeté dans l’arène, faisant de SAJ sa principale cible.
Les villages ont voté. Tandis que les nouveaux élus font la fête, le gouvernement et l’opposition se sont engagés dans un tug-of-war pour revendiquer la victoire. Les deux blocs se disent satisfaits des résultats des urnes après les élections de dimanche. Navin Ramgoolam estime que les villageois ont voté pour les candidats associés au PTR; les leaders de l’opposition affirment que c’est le contraire qui s’est produit.
Alors que la campagne électorale en marge de ces élections s’est déroulée dans une ambiance bon enfant, le décompte des voix, lundi, a monopolisé les attentions. Les deux principaux blocs politiques sont convaincus que l’opinion publique en marge des municipales sera influencée par les résultats des villageoises. Le flou persistera au cours des jours à venir, le temps pour chacun de tenter de tirer profit de cette situation.
Hargne.
Au niveau des villes, cette dernière semaine sera très animée. L’enjeu va déjà bien au-delà de l’intérêt des citadins et les discours prennent une dimension nationale. La guerre est déclarée entre les leaders, qui ont décidé de ne faire aucun cadeau à l’adversaire.
Au sein de l’alliance rouge/bleu, la principale cible est désormais SAJ, qui a très rapidement retrouvé ses réflexes de vieux loup de la politique. Comme pour faire taire l’une des principales critiques formulées à son égard, l’ancien Président tient à montrer qu’il affiche la forme, en faisant le tour des villes pour motiver les troupes.
Mais le gouvernement est bien décidé à ne pas lui faire de cadeaux, ressortant tous les scandales associés au MSM. D’un côté comme de l’autre, les accusations fusent avec véhémence et hargne. Le ton de la présente campagne est loin d’être glorieux. Tout se mélange : Gros Derek, bois de rose, Bhangaleea, etc. Par ailleurs, Cehl Meeah aura à prouver qu’il n’a pas menti dans ses graves allégations contre des membres du gouvernement, qu’il dit engagés dans le trafic de drogue. Nita Deerpalsing aura également à s’expliquer après que SAJ a logé une déposition contre elle pour diffusion de fausse nouvelle et diffamation.
Retombées.
Petit à petit, les électeurs se laissent gagner par l’ambiance. Mais l’indifférence reste de mise auprès du grand public. Les partisans, pour leur part, tentent d’être aussi bruyants et visibles que possible, poursuivant les réunions et les rencontres sur le terrain. Beaucoup de promesses sont en ce moment faites aux électeurs à travers des programmes bâclés qui s’appuient sur des objectifs qui, au final, ne diffèrent nullement de ceux de l’adversaire. Chacun reste convaincu de savoir ce que veulent les citadins, à qui on n’a encore rien demandé, si ce n’est une confiance aveugle et naïve.
La somme d’efforts déployée sur le terrain en ce moment est considérable. Pour les partis politiques, les résultats des élections municipales auront de lourdes retombées. Navin Ramgoolam prévient que cet exercice ne pourra déboucher sur des élections générales anticipées, comme le souhaite, selon lui, l’opposition. La victoire du MSM/MMM serait un signal fort envoyé au gouvernement de Navin Ramgoolam, deux ans après sa réélection.
Plus que quelques jours avant que les électeurs ne soient appelés aux urnes. Au niveau des villes, un fort taux d’abstention est prévu. Reste à savoir à qui profitera cette indifférence.