Oeson Saunders n’a que 24 ans, mais il a déjà l’étoffé d’un grand. C’est un nom à retenir, car son dernier album « Freedom Talk », produit par FJF Prod de l’île de La Réunion, fait un tabac depuis sa parution dans les bacs à Maurice.
Oeson Saunders, de son vrai nom Jérémie Evan Saunders, est originaire de l’Escalier. Il a fait ses premiers pas dans la chanson à l’âge de 12 ans et cet inconditionnel d’Alpha Blondy, de Pierpoljak, de Kaya et de RFas Natty Baby aime mélanger les genres pour ne pas tomber dans la monotonie, dit-il.
Grand défenseur de la liberté et de l’interculturalité, il transmet à travers les dix chansons de son album, des sentiments humains tels l’amour, l’unité et il puise ses inspirations du quotidien.
Après un premier album, « Donn Faya », sorti en 2009, il revient sur scène cette année avec « Freedom Talk », un album sur lequel il a travaillé depuis 2009, car il aime perfectionner des créations, dit-il. Et le résultat est à la hauteur des espérances : des messages forts et aussi une musicalité très recherchée. Oeson Saunders ne fait pas dans la dentelle et c’est avec beaucoup de plaisir qu’on écoute les notes et les messages véhiculés dans Freedom Talk.
Joyce Veerasamy, le chargé de communication pour le lancement de « Freedom Talks » est convaincu que Oeson Saunders est très talentueux et ne tardera pas à s’affirmer dans le monde de la musique.