Alors que l’on est à mi-chemin du second trimestre, généralement le plus long et le plus ardu de l’année scolaire, la Private Schools Secondary Authority (PSSA) n’est toujours pas satisfaite du “time-table” soumis par le N. Saddul College (Vacoas) car ne respectant pas les règlements. L’autorité de Beau-Bassin attend aussi que cet établissement lui soumette certains documents officiels dûment signés que tous les collèges privés percevant des subventions devraient d’ailleurs envoyer à la PSSA avant la fin du premier trimestre. « En conséquence, la PSSA ne devrait pas être blâmée au cas d’un retard dans le paiement de salaires/grants/allocations », prévient cet organisme dans une lettre du 25 mai dernier adressée au manager du Saddul College au cas où les documents requis ne seraient pas soumis au plus vite. Par ailleurs, Le Mauricien est en présence de nombreuses doléances de parents d’élèves et d’enseignants concernant « la gestion catastrophique » du collège.
Des officiers de la PSSA déplorent qu’il faille souvent rappeler à l’ordre des responsables de certains collèges pour les manquements relevés dans le “time-table” ou pour le non-respect de certains règlements concernant d’autres aspects de la gestion de l’école. « Il n’est pas correct que les responsables de certains collèges subventionnés fassent fi de l’argent des contribuables en ignorant les directives de la PSSA », déplorent ces officiers.
Dans le cas du N. Saddul College, la PSSA a envoyé une lettre à la direction de l’établissement le 25 mai dernier faisant état des “prints-out” des documents importants qui n’ont pas encore été soumis. Ces informations concernent le nombre de classes de Form I à VI et les matières enseignées à différents niveaux, le “time-table” de chaque prof et de chaque Head of Department, dûment signé par ces derniers, et le volume de travail de chaque enseignant. Soulignons que chaque école doit soumettre ces informations à la PSSA avant la fin du premier trimestre. En outre, le “time-table” proposé pour chaque Head of Department, selon le format réglementaire, n’aurait pas été soumis dans le délai fixé par la PSSA, soit au plus tard le 19 février.
Dans cette lettre, la PSSA demande à la direction de l’école de faire le nécessaire pour l’envoi de ces documents au plus vite afin d’éviter une éventuelle suspension des “grants”. Sollicitée pour une réaction ce matin, la rectrice du collège a déclaré au Mauricien qu’il « n’y a aucun problème avec le time-table de 2016 », poursuivant que « tous les documents officiels ont été envoyés à la PSSA ».
« La rectrice m’a affirmé que tout était en règle », a répondu pour sa part le manager du collège. Mais selon nos informations, la PSSA n’avait pas encore reçu, à la mi-journée les documents demandés depuis le 25 mai.
Par ailleurs, des parents et des enseignants se plaignent de la qualité de la gestion du collège, qu’ils qualifient de « catastrophique », et parlent d’absence de leadership à la tête de l’école. Ces personnes font part au Mauricien de problèmes de différentes natures et ont évoqué, entre autres, le manque de discipline, le déclin dans le taux de réussite aux examens de SC/HSC, les relations tendues au sein du personnel, le cas d’élèves “promoted” malgré leurs faibles performances dans plusieurs matières aux examens de fin d’année, ainsi que le manque d’autorité de la rectrice et de certains membres du personnel. La PSSA est-elle au courant des problèmes de gestion dans cet établissement ? « À plusieurs reprises, des enseignants se sont plaints verbalement de la performance de la rectrice par rapport à l’administration de l’école. Nous ne pouvons donner suite faute de doléances par écrit », expliquent des officiers. Au sujet des critiques concernant la gestion du collège, la rectrice répondra à plusieurs reprises : « Je ne voudrais pas me prononcer sur ces critiques dont vous me parlez. J’ai été mise à l’écart complètement pendant plusieurs mois. C’est une autre personne qui fait tout. »
En revanche, des proches de la rectrice ont appelé Le Mauricien en fin de matinée pour faire état d’une plainte déposée au ministère du Travail contre un ancien responsable de l’établissement pour « harcèlements » subis par la rectrice. Ce qui est certain, c’est que la réunion du “board of management” du collège, prévue cette semaine, risque d’être très animée.