Malgré les perpétuels conflits et  remue-ménage au sein de la fédération mauricienne de Natation, les nageurs mauriciens continuent à maintenir le cap depuis les JIOI 2011 aux Seychelles. En effet, en déplacement à La Réunion dans le cadre du 24e meeting de l’océan Indien ( du 28 au 30 décembre) à la piscine de Plateau Caillou à Saint Paul, sous les couleurs du club de natation de Saint Denis, les nageurs mauriciens ont encore une fois fait montre de leur talent.
Notamment  Darren Chan Chin Wah qui a décroché une belle médaille d’or dans la finale A du 200m brasse, sa spécialité, et de surcroît en s’imposant en un temps de 2.23:98. Ce qui constitue un nouveau record national, de 17 ans à Toute Catégorie, dont l’ancienne marque était à mettre à l’actif de Bernard Desmarais. Dans la foulée, il est bon de savoir que Darren Chan Chin Wah, qui fut un des rares nageurs mauriciens à avoir eu le privilège de nager sous les couleurs de son club, le CNP, est devenu le premier Mauricien à gagner une médaille d’or dans cette compétition. Il a aussi rajouté à son escarcelle deux autres médailles, une en argent et une de bronze sur le 50m brasse(30.14) et 100m brasse(1:04.71) respectivement.
Cependant il n’est pas le seul à avoir brillé lors de cette compétition car plusieurs de ces coéquipiers ont fait de même. Elodie Poo Cheong du CAMO qui a aussi  battu plusieurs records nationaux avec en prime trois médailles de bronze, notamment 50m et 100m brasse et 200m 4 nages. Sur le 50 m nage libre finale B, elle a pris la première place avec un chrono de 27.34, améliorant le record de Maurice des 16-17 ans. Elle devait rééditer cette performance sur le 100 m nage libre malgré sa quatrième place avec un temps de 1:00.32.
Dans les finales A du 50 m nage et 100 m brasse, elle  a aussi amélioré les meilleures marques mauriciennes toute catégorie en arrêtant le chronomètre à 34:38s et 1.15:18s respectivement. Au 200 m quatre nages, Elodie Poo Cheong a réussi une course avec un chrono 2:24.01, ce qui lui a permis d’améliorer son propre record national. Ces performances lui permettant du même coup de prendre la troisième place dans chacune des trois courses. Olivia de Maroussem est l’autre nageuse à ne pas avoir dérogé à la règle. Même si elle ne réalise aucun podium, elle épingle trois nouveaux records de Maurice notamment sur le 50 m nage libre (26.68), 100 m nage libre (57.38) et 200 m nage libre (2:07.15).
Mathieu Marquet qui avait quelque peu raté ses Championnats du Monde en petit bassin à Istanbul s’est bien rattrapé à La Réunion. Il a réussi une course d’anthologie dans la finale du 200m nage libre. En effet   Mathieu Marquet a complété le podium du 200m NL derrière Paul Biedermann, l’Allemand recordman du monde et Benoît Debast membre de l’équipe de France Olympique.
Cette compétition a été l’occasion pour des nouveaux nageurs très prometteurs, à l’instar de Varuna Jasodanand et Shane Ah Siong, de se mettre en avant. La première a été impressionnante dans ces deux épreuves malgré son très jeune âge avec notamment deux records nationaux sur le 100 m et le 200 m dos avec des chronos de 1.06:45s et 2.28:12s respectivement. Elle sera certainement à suivre lors de ses prochaines sorties.  Shane Ah Siong a, quant à lui, amélioré trois records pour la catégorie des 16 ans sur 200 m nage libre (1:59.57), 50 m papillon(26.98) et 100 m papillon(1:00.31).
Philippe Pascal, le directeur technique national qui a accompagné les nageurs à La Réunion, n’a pas caché à Week-End sa satisfaction. « Je ne peux qu’être satisfait quand je vois les performances de mes nageurs. Il faut dire que cela fait plus d’une année que ces jeunes n’ont pas eu de compétition cependant il faut reconnaître leur force de caractère, l’exemplarité de leur comportement et aussi leur sérieux aux entraînements. Il n’ait guère aisé de réaliser des records alors qu’on niveau national c’est un peu la cacophonie», a -t-il expliqué.
Il est aussi d’avis que les performances auraient pu être meilleures si les nageurs évoluaient dans des conditions beaucoup plus appropriées et non dans un climat de conflit. «Ils ont montré les crocs lors de ce Meeting même si au niveau des marques, mes nageurs n’étaient pas très au point. Surtout ceux qui participaient dans des courses de plus de 100 m et qui éprouvaient du mal à régler leur allure mais au final, quand on prend en compte le contexte, la délégation mauricienne est un exemple à suivre,» avant d’ajouter « J’espère qu’en février la FMN sera enfin devenue légale et que tout rentre dans l’ordre pour le bien même des athlètes car il est clair que le potentiel est là».
Food for thought…