Avoir des bourses de haut niveau c’est excellent pour la préparation sans anicroche d’un athlète, mais cela peut aussi avoir des petites conséquences désastreuses et des dommages collatéraux. Ce ne sera certainement pas Bradley Vincent et Mathieu Marquet qui nous diront le contraire et encore moins la Fédération mauricienne de Natation ni son directeur technique, Philippe Pascal. A neuf mois des 9es Jeux des Iles, il s’avère de plus en plus que la sélection nationale de natation pourrait être privée de deux de ses meilleurs nageurs.
Ils sont Bradley Vincent et Mathieu Marquet. La faute n’est certainement pas à une absence de volonté de leur part d’être présents à La Réunion au sein du Club Maurice, mais bien en raison d’une coïncidence de date entre les JIOI et les Championnats du Monde qui se dérouleront, l’année prochaine dans la ville de Kazan en Russie.
En effet, si les dates des JIOI sont du 1er et 9 août et que les compétitions de natation se dérouleront du 5 au 7 août. Alors qu’à Kazan, les compétitions de natation  (swimming) se déroulent à partir du 2 août jusqu’au 9 août. Ce qui implique donc que les participants et l’entraîneur soient sur place au moins  36 heures avant le début de la compétition en raison de la réunion technique. Comment la juxtaposition des dates entre les JIOI et Kazan 2015 peut influer sur la sélection nationale?
Marquet au Portugal pour un an
De prime abord, il est bon de rappeler que Bradley Vincent, spécialiste du 100m et 200m nage libre, qui vient d’obtenir une bourse d’excellence du TFES avec comme objectif une qualification pour les Jeux Olympiques de Rio en 2016. Mieux encore, Bradley Vincent est pour l’heure le seul nageur mauricien à avoir réussi le minima B pour les Championnats du Monde, temps réalisé lors des Jeux du Commonwealth en juillet dernier à Glasgow. Ce qui veut dire dans un langage plus limpide qu’il est qualifié automatiquement pour Kazan. Ce qui veut aussi dire que pour être en phase avec la raison pour laquelle il a obtenu sa bourse d’excellence, notre compatriote qui s’entraîne à raison de 80 km de nage par semaine, a aussi le devoir de se qualifier pour RIO dans deux ans.
Or s’il n’arrive pas à réussir ne serait-ce que le minima B — ce qui n’est pas non plus la garantie d’une qualification — dans une compétition à partir de ce jour jusqu’à la fermeture officielle des qualifications de la FINA en 2016, Bradley Vincent ne peut qu’espérer d’être sur la liste des invités de la FINA pour partir à RIO. Comme c’était le cas il y a quatre ans, pour aller à RIO il y a obligation de passer par Kazan.
Dans le cas de Mathieu Marquet, spécialiste du 100m et 200m lui aussi, la situation est encore plus complexe. Le nageur du CAMO, comme déjà annoncé dans une de notre précédente édition, a obtenu une bourse (Scholarship Programme) de la FINA. Depuis le 30 septembre, on sait de quoi il en ressort puisque cette course demande à ce que Mathieu Marquet fait son entrée dans le centre de haut niveau de Desmor situé à Rio Maior à Lisbon en Espagne. Le nageur mauricien doit y être au 1er novembre 2014, soit dans moins d’un mois pour ne ressortir que le 31 octobre 2015.Soit 12 mois de formation.
Une qualification pour Kazan nécessaire
Le hic vient du fait que durant sa formation, la FINA a déjà dressé un «timeline» que le bénéficiaire doit respecter et parmi figure les 16es Championnats du Monde à Kazan. Là où l’affaire se corse est que dans sa lettre de confirmation de la bourse, le directeur de la FINA, Cornel Marculescu, précise que: «The FINA Scholarship Programme will provide the opportunity to a limited number of athletes to train and prepare their qualification for the FINA Championship in Kazan». Il n’y a pas affirmation plus claire que si Mathieu Marquet accepte cette bourse, sa mission première en tant que nageur c’est de gagner sa qualification pour les Championnats du Monde.
La nouvelle ossature de la sélection nationale pour les JIOI commence donc à se dessiner et visiblement la Fédération mauricienne de Natation en a pris conscience. Le directeur techique national, Philippe Pascal, que Week-End a joint au téléphone hier matin, sait de quoi il en retourne, même s’il a cherché à minimiser les faits. «La priorité reste les Jeux des Iles. Il est vrai que ce problème existe, mais la fédération a décidé d’écrire à la FINA pour chercher des explications et des informations pour trouver une solution», nous a-t-il confié hier matin. Nous apprenons par ailleurs que le président de la FMN, Harold Lai, compte pour sa part réunir son comité cette semaine pour en discuter et trouver de plan B.
Mais comme on dit dans chaque histoire, le malheur des uns fait le bonheur des autres. Les «soucis» de Bradley Vincent et de Mathieu Marquet pourraient faire de la place à un certain Panchoo Gil, dont nous vous raconterons la fabuleuse histoire la semaine prochaine.