Une expérience inoubliable. C’est ce qu’aura vécu les jeunes nageurs du Trust Fund for Excellence (TFES) hier à la piscine Serge Alfred où s’est tenue une clinique dirigée par Chad Le Clos, Sud-Africain d’origine mauricienne, médaillé d’or aux Jeux olympiques de Londres en 200 m papillon. Il avait à ses côtés son entraîneur Graham Hill. L’initiative de cet atelier de travail revient à la MCB et au groupe Beachcomber.
Le rendez-vous avec le champion était fixé à 8h30 et force est de constater que les tribunes de la piscine étaient déjà comble bien avant. Les nombreux amateurs de natation ou de sport n’ont pas voulu rater cet événement sous aucun prétexte, soit de voir en action un champion olympique et surtout de pouvoir le cotôyer. A son arrivée, le Sud-Africain d’origine mauricienne a été accueilli par les applaudissements du public présent. S’en est suivie une cérémonie protocolaire qui a vu l’intervention de Binesh Mungur et du ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo. Le premier nommé a évoqué la confiance que son groupe a en les jeunes talents mauriciens et c’est pour cette raison que cet atélier a été organisé.
Pour sa part, Devanand Ritoo s’est montré très élogieux envers Chad Le Clos qu’il qualifie comme un  modèle à suivre pour tous les sportifs. Il a aussi souligné la chance exceptionnelle qui s’offre aux jeunes nageurs mauriciens qui auront l’occasion de nager avec un médaillé olympique. Ce dernier a aussi remis des présents à Chad Le Clos et à son entraîneur Graham Hill.
Le jeune Sud-Africain très souriant et très accessible, a aussi pris la parole en affirmant qu’il allait essayer de partager quelques uns de ces techniques d’entraînement avec les Mauriciens tout en affirmant sa joie d’être présent dans l’île. Il a aussi tenu à remercier son entraîneur et sa famille spécialement son père qui sont les deux hommes forts derrière sa réussite. De son côté, son entraîneur a tenu à saluer les performances de son jeune poulin, pour lequel il a déjà de très grand plan pour l’avenir.  » Il est une fierté pour l’Afrique mais aussi pour toute la communauté mauricienne. C’est un exemple de méritocratie flagrant où le dur labeur est recompensé à sa  juste valeur, » a-t-il affirmé. Il a de plus souhaité bonne chance aux nageurs mauriciens et une carrière très florissante.
Après la cérémonie protocolaire, Chad Le Clos s’est empressé d’enfiler sa tenue de natation et a commencé à s’entraîner sous les yeux ébahis du public qui se sont vite rendus compte qu’ils avaient devant eux un véritable phénomène. En effet, ce dernier avaler les mètres et les mètres de la piscine Serge Alfred sans s’arrêter à un rythme très soutenu…et dire que ce n’était que les échauffements. Quand sa petite démonstration en solitaire s’est terminée, il a été rejoint par les jeunes nageurs du TFES. Ces derniers étaient  très enthousiasmes à l’idée de nager aux côtés du champion olympique, ce qui représente vraiment une occasion exceptionnelle pour eux. La séance qui allait durer environ deux heures a été supervisé par nul autre que Graham Hill, l’homme derrière les bonnes performances de Le Clos.
Dès le début de la clinique, Graham Hill a placé la barre très haute avec plusieurs séries de dos, de papillon, de nage libre et de brasse à être complétées dans une limite de temps. Arrivée à la moitié de l’exercice, les nageurs mauriciens avaient du mal à suivre le rythme imprimé par Chad Le Clos. Du reste quelque uns d’entre eux dû quitter la piscine souffrant de crampe. Cependant, malgré la difficulté personne ne voulait abandonner. Même si leur visage affiché la souffrance, il était clair qu’ils voulaient tous profiter au maximum de chaque seconde avec le champion. A la fin de la séance d’entraînement, Graham Hill s’est permis de distiller quelques conseils très précieux comme les techniques pour mieux contrôler sa respiration et ainsi améliorer sa performance. Il a aussi ajouté  » Pour devenir un champion olympique, il faut faire beaucoup de sacrifices. Par exemple Chad Le Clos s’entraîne sans arrêt depuis des années. Il ne boit pas et ne fume pas de plus il ne se connecte pas à Facebook, twitter et il a même abandonné son portable. »
La fatigue des nageurs mauriciens étaient visibles mais l’expérience vécue en vallait parfaitement le détour. Du reste, ils étaient tout sourire et s’empressaient d’entourer le nageur sud-africain pour une photo de famille. A la fin de la clinique des certificats a été remis aux différents nageurs du TFES par Chad Le Clos et Graham Hill. Les personnes présentes ont eu droit à une séance photo et de dédicaces avec le champion olympique. La foule s’était amassée autour de lui et il était difficile de s’approcher. Le directeur technique national, Philippe Pascal a qualifié cet atelier de  » véritable réussite. Malgré le fait qu’on a su tardivement qu’il allait venir, je suis ravi que mes nageurs ont eu l’occasion de s’entraîner avec un champion olympique. Ce n’est pas une chose qui arrive tous les jours. Normalement ce n’est que dans des compétitions que nous avons ce genre d’occasion, mais aujourd’hui on a pu en cotôyé un dans une très bonne ambiance et une atmosphère très cordiale. » Ce dernier a aussi souligné  » on peut voir que quand Chad Le Clos est dans l’eau il n’a qu’une seule perspective s’est de s’améliorer et c’est la grande différence qui fait les champions. Ce n’est pas un surhomme mais quand on travail, qu’on se fixe des objectifs précis et qu’on est dévoué et discipliné, on peut accomplir de grande chose. « 
Le français est d’avis que ces dernières semaines ont été très bénéfiques pour les nageurs mauriciens qui ont eu l’occasion de s’entraîner avec deux entraîneurs olympiques en la personne de Graham Hill et Nenad Milos. Notre spécialiste du brasse, Darren Chan Chin Wah était quant à lui ravi de son expérience  » C’était certes fatiguant, mais j’ai beaucoup appris. C’est impressionnant de pouvoir nager à côté de Chad Le Clos. J’ai eu une idée de la quantité de travail à faire pour atteindre le niveau olympique et je vais tout faire pour y arriver. » « J’ai réussi à tenir à côté de lui qu’en brasse dans les autres styles de nages je n’arrivais pas à soutenir le rythme, » a plaisanté ce dernier. Sa partenaire en natation Elodie Poo Cheong était du même avis et a vraiment apprécié cette expérience extraordinaire.  » J’ai eu la chance d’apprendre son « underwater kick » de 15m ce qui est vraiment impressionnant. C’est vraiment mon idôle et j’espère arriver à suivre ses traces dans un proche avenir, » a affirmé la nageuse.
Ryan Coopamah, responsable de communication à la MCB et un des instigateurs principaux de cette clinique devait quant à lui déclaré:  » C’était une occasion à saisir selon moi. On a profité de la visite de Chad Le Clos à Maurice pour organiser cette clinique. C’est quand même l’homme qui a battu Michael Phelps sur sa distance de prédilection. Je pense qu’il faut apprendre des meilleurs si on veut vraiment progresser et ce qu’on a voulu offrir aux jeunes nageurs du TFES. »  Le mot de la fin devait inévitablement revenir à Chad Le Clos et son entraîneur Graham Hill, les deux héros olympiques. Le nageur sud-africain devait revenir sur sa course du 200 m papillon qu’il qualifie comme étant  » un rêve d’enfant devenu réalité ». « J’ai regardé plusieurs courses de Michael Phelps et s’est ce qui m’a inspiré. Le battre a vraiment été une chose exceptionnelle. Ma vie a complétement changé depuis cette course. Je suis devenu célèbre et j’ai beaucoup de sponsors maintenant c’est quelque chose de vraiment extraordinaire, » a-t-il dit. Cependant malgré la gloire il est resté un jeune homme très discret. Il a aussi tenu à lancer un message fort aux nageurs mauriciens  » j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de potentiels à Maurice. Les nageurs doivent continuer à s’entraîner et de croire en leur rêve. »
Pour celui dont le motto est  » Set impossible goals and achieve them », il n’était pas favori face à Michael Phelps, mais pourtant il a réussi l’incroyable exploit de la battre alors qu’il ne possède même pas la moitié des facilités dont bénéficie le champion américain. C’est ce qui le fait dire que rien est impossible. Son entraîneur Graham Hill avec qui il s’entraîne depuis plus de 13 ans  et avec lequel il a une relation privilégiée a affirmé que son poulain s’était blessé à l’épaule dernièrement mais qu’il revenait très bien. « J’ai de très grand projet d’avenir pour lui, » a-t-il conclu.