Comme mentionné dans notre édition de dimanche dernier, le Cercle des Nageurs de Quatre-Bornes (CNQB), a adressé à la Fédération Internationale de Natation (FINA) pour protester contre le choix de Heather Arseth pour l’obtention d’une invitation pour les Jeux Olympiques (JO) de Londres (27 juillet – 12 août). Le CNQB ne comprend pas pourquoi, cette invitation n’est pas revenue à sa nageuse, Olivia de Maroussem.
Dans le courrier, Charles Cartier et Narain Jasodanand, respectivement président et secrétaire du CNQB écrivent qu’il avait été clairement dit aux trois nageurs sélectionnés pour les Mondiaux de Shanghai (juillet 2011), soit de Maroussem, Arseth et Mathieu Marquet qu’ils devaient être au summum de leur forme pour les Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) aux Seychelles (en août) et non pas aux Mondiaux.
Ils écrivent également que le comité technique de la Fédération mauricienne de Natation (FMN) avait indiqué que le choix des nageurs pour les JO allait être effectué sur la base de leurs performances réalisées entre la fin de juillet 2011 et le 31 mars 2012.
Or, arguent les dirigeants de club quatre-bornais, de Maroussem a réalisé de meilleurs temps qu’Arseth durant cette période. En effet, si aux Mondiaux, de Maroussem a réalisé 2:12.21 au 200m nage libre, elle a réussi 2:10.70 par la suite, alors qu’Arseth a nagé en 2:10.91 à Shanghai avant de réaliser 2:10.90 entre fin juillet 2011 et le 31 mars 2012.
De plus, sur le 100m nage libre, de Maroussem a réalisé un record national toutes catégories entre juillet de l’année et le 31 mars 2012, soit 59.32 alors qu’Arseth a réussi 59.38.
Le CNQB dit être au courant que les JIOI ne sont pas reconnus par la FINA mais précise que cette compétition est considérér comme la plus importante pour le pays et est reconnue par le Comité Olympique Mauricien (COM). Le CNQB dit aussi qu’il ignorait qu’il y aurait des épreuves de sélection. « Furthermore, neither the federation nor the national coach informed anyone that there would be specific selection races where the performance of three swimmers will be taken into consideration for selection purposes. In any case, they didn’t mention that the Indian Ocean Games would not be considered », peut-on lire dans la lettre adressée par le CNQB à l’instance suprême de la natation mondiale.
Le CNQB ne comprend pas pourquoi Olivia de Maroussem n’a pas été retenue pour les JO alors qu’elle a réalisé les meilleures performances et satisfait les critères établis au préalable. « This is being felt as unfair and against the spirit of sports », est-il écrit dans le courrier.
Pour les dirigeants du CNQB, cette décision de ne pas sélectionner sa nageuse va créer un dangereux précédent car les athlètes pourraient, à l’avenir, ne pas se donner à fond lors des JIOI si ces derniers ne comptent pas.
Le dernier point que relève le CNQB est que le 22 mars dernier, la fédération et le COM ont tous deux recommandé qu’Olivia de Maroussem soit sélectionnée et se demande pour quelle raison cette recommandation n’a pas été suivie par la FINA.
De ce fait, le CNQB fait une demande à l’instance internationale pour qu’elle revoit sa décision afin que « fairness and the spirit of sport prevail for this selection. »
Pour Charles Cartier, cette non-sélection d’Olivia de Maroussem est une nouvelle injustice faite au CNQB. « Je suis très déçu de voir qu’aucune instance sportive ne vient défendre Olivia. Cela vient encore plus décourager les nageurs de notre club qui déjà est confronté à des problèmes de couloirs pour les entraînements. Nos nageurs doivent s’entraîner à 21h parce que nous ne bénéficions pas des couloirs avant », conclut Charles Cartier.