Le mécontentement des managers des collèges privés “grant-aided” au sujet de leur mise à l’écart dans les consultations sur le projet de réforme du système éducatif n’a pas été vain. La ministre de l’Education les a en effet invités, ainsi que les directeurs des collèges payants, à une rencontre cet après-midi à l’École Hôtelière Sir Gaëtan Duval. Une des principales préoccupations du secondaire privé subventionné concerne l’admission en Form I, et plus particulièrement la formule pour la répartition des élèves.
Ces derniers jours, des managers des collèges privés ont exprimé leur amertume sur « la manière de faire du ministère de l’Education » dans ses consultations avec les Stakeholders. Selon leurs observations le ministère « privilégierait certains partenaires du secondaire » dans ces discussions et « en ignorerait d’autres ». Rappelons que Leela Devi Dookun a  jusqu’ici présenté son projet de réforme aux syndicats d’enseignants du primaire et du secondaire, aux recteurs des collèges, aux chefs d’établissements du primaire, aux parents des élèves de Std IV et aux PTAS. La ministre a aussi eu une session de discussions avec les Stakeholders de l’éducation, à Rodrigues.
S’agissant de la rencontre de cet après-midi, des managers du secondaire privé s’attendent à ce que la ministre de l’Education « soit précise sur la question de l’admission en Form I » et sur d’autres aspects « encore flous » pour la mise en pratique du “Nine-Year Schooling”. « On en a assez d’entendre la ministre dire “on va voir” en guise de réponse à beaucoup de questions que parents, enseignants et recteurs lui ont posées jusqu’ici. Nous sommes très inquiets par rapport à l’admission en Form I. Puisqu’il n’y aura plus de filière “pre-voc”, comment le ministère compte répartir les “low performers” à la fin du primaire ? Est-ce que le ministère compte diriger ces élèves uniquement vers une seule catégorie d’établissements, c’est-à-dire ceux ayant le qualificatif de “petits collèges privés”, et ce dans le but d’accélérer leur fermeture ? » demande avec colère un propriétaire d’un collège situé dans une région rurale.
Cette crainte de fermeture s’est généralisée dans le secteur avec l’envoi d’un tract anonyme que des managers des collèges privés ont reçu il y a une dizaine de jours. « Karot pou enn kategori e fermtir pou lezot, hidden agenda pou elimin bann ti kolez. Nine-Year Schooling pa bien defini. So limpak pou negatif pou secondaire prive. Sak ane “intak” pe diminie e avek Nine-Year Shooling li pou plis diminie ankor », peut-on lire dans ce tract.