Deuxième victoire en deux semaines pour l’apprenti Niven Marday. Après Tobeastar (16e journée), le Mauricien a remis ça avec le gris Ashanti Gold dans la septième course samedi dernier. Une victoire au forceps pour la doublure de l’écurie Rameshwar Gujadhur au terme d’une journée éclipsée par l’affaire Gemmayze Street.
«Ashanti Gold a un gros coeur. C’est un fighter et a souvent le propre des frontrunners. C’est-à-dire qu’il s’accroche de plus belle quand un adversaire s’approche de lui,» remarque Niven Marday encore dans son nuage au training mardi. «J’ai toujours cru en la victoire d’Ashanti Gold.  À 300m du but, il avait encore plein de gaz. C’est vrai que le retour d’Abington m’a fait peur, mais j’étais confiant».
Niven Marday, 24 ans, qui a passé trois années de formation à l’académie des jockeys en Afrique du Sud (2009 à 2011) compte douze victoires à son palmarès, dont trois en Afrique du Sud. «Mon tout premier gagnant de ma carrière était Birthday Girl à Cape Town en 2009,» se souvient encore cet apprenti qui a la particularité d’être un light weight (48 kg). Sa première victoire au Champ de Mars était acquise un après-midi de 2011. « C’était Galaxy Way pour le compte de Raj Ramdin».
Sa deuxième monte de samedi dernier était d’ailleurs sous les couleurs de l’écurie Raj Ramdin. « Bongo Beat s’est usé en course. Il a eu à faire trop d’efforts et a trouvé la fin de course difficile».
Freiné par une chute en course sur Mr Oshkosh le dimanche 4 mai dernier (8e journée), Marday a été sur la touche pendant presque un mois avant de retrouver le chemin de la victoire. «Mentalement maintenant, ça va. Ce doublé me réconforte et il me met en appétit…».