L’ouverture, vendredi dernier, de la nouvelle route d’accès, longue de 1,2 km, menant à la plage de La-Cambuse, financée par le groupe Currimjee dans le cadre de son projet d’hôtel 5-étoiles Le Chaland Resort dans cette région, soulève la polémique. Les défenseurs de l’Environnement — dont la plate-forme Aret Kokin Nou Laplaz (AKNL) et le Forum Citoyens Libres (FCL) — déplorent l’accaparement des biens publics, alors que les promoteurs, le groupe Currimjee  démentent les dires des opposants et vantent les avantages de cette nouvelle voie d’accès à la plage publique de la Cambuse.
Currimjee Hospitality Management annonce dans un communiqué de presse, l’ouverture de cette route d’accès, expliquant « que davantage de Mauriciens pourront se rendre à la plage publique de La-Cambuse. ». La nouvelle route, construite au coût de Rs 70 M, qui mène vers une nouvelle aire de stationnement également financée par le Groupe qui est opérationnelle depuis vendredi. Il soutient de même que le poste de la National Coast Guards, (NCG)récemment construit, n’empiète pas sur la plage publique. « Les usagers de la plage vont pouvoir constater que ce poste a bien été construit en arrière de la plage, sur un terrain de l’Etat et ne gène nullement les usagers de la plage publique», estime-t-il. Et selon lui, le beach frontage n’est pas affecté. « Le 1.5 arpent appartenant à l’Etat en front de mer devant le poste de la NCG, sont toujours accessibles au public », affirme le Managing Director de CHM ajoutant qu’aucune construction liée au projet hôtelier ne sera effectuée sur ce 1.5 arpent. « Cela n”a jamais été envisagé », rassure Dinesh Burrenchobay.
Le groupe Currimjee soutient également qu’afin de soutenir l’écosystème de cette région, à son initiative, pas moins de 350 arbres endémiques ont été mis en terre tout le long de la nouvelle route publique qui sera également dotée d’éclairage photovoltaïque.
Pour Georges Ah Yan, du FCL, « l’ouverture de cette nouvelle route d’accès en catimini démontre l’intention du promoteur de dévier l’attention du public de son réel projet ». Le travailleur social se demande pourquoi l’ancienne route, longue de seulement 200 mètres, qui donne directement accès à la plage, n’a pas été bitumée à la place, car la nouvelle route, elle, mène vers l’extrémité de La-Cambuse, où le public ne se rend généralement pas. Selon lui, « pe donn enn dizef pou pan enn bef ». Il s’interroge de même s’il ne s’agit pas d’un Contempt of Court.
Les membres de la plate-forme AKNL estiment eux « scandaleux de constater qu’en catimini le promoteur de Le Chaland Resort Hotel Ltd a bloqué cette route pittoresque, pour la réserver à l’usage exclusif de ses futurs clients éventuels ». Avançant que «la plage publique de La-Cambuse a vu 1.5 arpent de sable blanc et de bon bain de mer être déproclamés en mai 2014 », ils soutiennent que « cette portion de la plage est devenue ‘Defence Lands’, dans le cadre du relogement de la National Coast Guards. »Pour la plate-forme AKNL, il s’agit d’une route qui a été réalisée contre l’avis des scientifiques quant à la préservation du site d’importance internationale de Mare-aux-Songes. « Ils avaient demandé une ‘no-construction buffer zone’ de 100 mètres. Or, il y a moins de 30 mètres qui séparent la nouvelle route du site et aucune zone tampon n’y a été décrétée », rappellent-ils. « Des scientifiques internationaux qui y ont mené les fouilles ont écrit le mois dernier au Premier ministre et à la présidente de la République pour leur demander de faire interdire toute construction sur une distance de moins de 100 mètres avec la Mare-aux-Songes. « AKNL a remis une copie de cette lettre mercredi au District Council de Grand-Port », révèlent-ils. Ils insistent également sur le fait qu’une fois les dunes de sable détruites, à terme, dans quelques années, les Mauriciens verront l’érosion s’attaquer à la plage publique de La-Cambuse.
Face à ces menaces, ils appellent les Mauriciens à se joindre à leur mouvement de protestation aujourd’hui sur la plage de La-Cambuse. Des activités en famille et  l’occasion pour la plate-forme AKNL de présenter leur combat en détail aux personnes présentes.