Indignée par ce qu’elle considère comme le non-respect par Shakeel Mohamed de sa promesse de faire amender l’Employment Rights Act (ERiA) et l’Employment Relations Act (EReA), la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), par la voix de son président, Reeaz Chuttoo, annonce le lancement d’une campagne d’affiches contre le ministre du Travail. M. Chuttoo menace même d’en alerter l’opinion internationale.
« Le 11 avril dernier, Shakeel Mohamed nous a promis que lors de la réunion du Conseil des ministres du 29 avril, il ferait approuver les amendements nécessaires à l’ERiA et l’EReA. Il a même dit, devant témoins, qu’il allait “faire un cadeau” aux travailleurs pour la Fête du Travail du 1er mai. Or, il n’en a rien été depuis. L’Assemblée nationale est entrée en congé et c’est silence radio de côté du ministre », s’indigne Reeaz Chuttoo dans une déclaration au Mauricien.
« Koze boukou, aksion zero ! » tempête le président de la CTSP. « Je ne demande pas aux Mauriciens de me croire sur parole, mais de constater la cruelle vérité des chiffres : le nombre d’accidents de travail mortels est en hausse, de même que le nombre d’abus envers les travailleurs de la part de leurs patrons. En outre, le nombre de litiges déclarés au ministère ne cesse d’augmenter ».
Reeaz Chuttoo se dit d’autant plus remonté contre le non-respect de la promesse ministérielle que « l’ERiA protège les patrons qui abusent les travailleurs ». Par exemple, avance-t-il, si selon la loi la Commission pour la réconciliation et la médiation dispose de seulement 30 jours pour régler un « litige d’intérêt », elle ne peut en général entendre l’affaire avant deux mois, tant les cas qu’elle doit traiter s’accumulent. Faute de réconciliation devant la Commission, le patron doit donner son accord pour que l’affaire soit référée à l’Employment Relations Tribunal. « Si patron pa donn so lakor pou arbitration, litiz-la bloke », commente Reeaz Chuttoo. « Si travayer sifizaman for ek so sindika, zot rant dan prosedir de grev. Me tou travayer bizin vote, mem bann seki pa dan sindika. Donc li ekstrememan difisil pou gayn mazorite 51 % pou al dan lagrev. Sirtou bann sekter kot ena bokou travayer lor kontra ».
En outre, si un travailleur déclare litige contre son patron en tant qu’individu, la loi ne l’autorise pas à se faire accompagner par son représentant syndical devant la Commission. « Rezilta, pena okenn travayer individiel ki oze deklar enn litiz dintere kont so patron sou nouvo laloi ».
Facts and figures
Sous la nouvelle loi, poursuit notre interlocuteur, il revient à un travailleur qui s’estime lésé dans ses droits de produire des facts and figures ainsi que des reliable witnesses pour démontrer au ministère du Travail que son cas est bona fide pour que ce dernier réfère le litige à la Cour industrielle. « D’une part, ces facts and figures sont en possession du patron, et de l’autre, qui osera venir à visage découvert déposer contre son patron en cour ? » observe-t-il.
Par ailleurs, soutient Reeaz Chuttoo, il faudra plus de sept mois d’enquête au ministère avant que le bona fide case ne soit logé devant la Cour industrielle. « Ena bokou case ki delai trwa zan inn passe letan case apele pour être entendu devant lakour indistriyel. Rezilta case “Struck Out” (dernye en date case UBP v/s Christian L’Espar) kot patron inn demann rey case akoz delai inn depass trwa zan », s’indigne-t-il. « Travayer, en depi so drwa pa pe respekte, na pa kapav reklam zistis akoz minister finn dormi avek case akoz bizin fer bokou lanket pou prouve si ena “bona fide case” », ajoute-t-il.
Autre point de contestation du président de la CTSP : un travailleur licencié peut difficilement prendre avantage du Workfare Programme. « D’une part, le travailleur n’a pas un seul sou d’indemnisation de licenciement sous la nouvelle loi. Et d’autre part, il ne peut rester sans travail pendant les sept mois qu’il faudra au ministère pour déclarer son cas “bona fide” pour pourvoir prendre avantage de ce programme. Rezilta, la plipar travayer ki perdi travay na pa rant dan Workfare Programme parski zot oblize al rod enn lot travay pou fer zot fami viv ».
« Minis Travay kan li dan ban forum international kouma Bureau international du travail (BIT), li tap so lestoma pou dir “Pran ekzanp lor Moris, nou pa les nou bann travayer tonbe kan zot perdi zot anploi”. Me en realite, travayer finn perdi tou zot aki ek sa de nouvo lalwa-la ! » s’indigne Reeaz Chuttoo.