Deux femmes, Crystelle et Amel, ont été mortellement poignardées au ciseau à bois à Pantin, en région parisienne, dimanche 10 juillet au soir. Hier matin, un Mauricien d’une cinquantaine d’années, Anwar Goolfee, voisin des victimes, a été placé en garde à vue. Le mobile est encore indéterminé.
C’est dimanche 10 juillet vers 18 h 50 que les deux femmes ont été retrouvées poignardées au moyen d’un ciseau à bois à Pantin (Seine-Saint-Denis), dans le quartier des Courtillières. Ces deux femmes sont deux voisines qui habitaient le quartier. L’une d’elle aurait été tuée devant sa fillette de 12 ans.
Selon nos confrères de Paris, un homme a été rapidement placé en garde à vue. Il s’agit d’un voisin des deux victimes. Contacté par Le Mauricien, le commissariat de police de Pantin n’a pas voulu confirmer qu’il s’agissait d’un ressortissant mauricien, mais d’autres sources sur place l’affirment. L’identité du meurtrier présumé a été confirmée par son frère Raffick Goolfee, au Mauricien, à la mi-journée.
« Les circonstances sont encore floues », poursuit cette source, n’écartant pas un « geste de folie ». L’homme interpellé a été entendu, hier, lundi 11 juillet. Des autopsies vont aussi avoir lieu. Le service départemental de police judiciaire de Seine-Saint-Denis est chargé de l’enquête.
Les deux mères de famille, des amies d’enfance, devaient partir en vacances le lendemain avec leurs quatre enfants. Le suspect mauricien, désigné par un témoin du double homicide, vivait rue Lamartine comme les deux victimes. Un couteau a été découvert à son domicile et une lime à bois dans l’escalier de l’immeuble.
Le mobile du meurtrier présumé reste pour l’heure indéterminé. Toutefois, toujours selon les informations de notre confrère Le Parisien, le suspect aurait déjà été mis en examen pour une agression sur mineur il y a trois ans dans un autre département. Et l’une des victimes voulait interdire à cet homme d’approcher sa fille.
Toujours selon Le Parisien, ceux qui connaissent d’un peu plus près Anwar Goolfee. tombent des nues. « Toujours gentil, prêt à laisser sa place de stationnement », décrit Saliha, qui vit depuis quarante ans aux Courtillières. Une autre voisine décrit un « ami serviable », mais trouve qu’il était « nerveux depuis une dizaine de jours », en proie à des « problèmes personnels », croit-elle savoir. Il disait travailler auprès de personnes âgées à Paris.
Aucune autre  plainte contre lui n’a été retrouvée à Pantin. L’auteur présumé de ce double crime devait passer une deuxième nuit en garde à vue, avant un probable déferrement aujourd’hui.