C’est demain en début de soirée, à l’initiative du Mouvement Premier Mai (MPM), qu’une douzaine d’organisations « progressistes » se réuniront au Centre Nelson Mandela, rue Berthaud, Quatre-Bornes, pour désigner un unique candidat « progressiste » pour les représenter à la partielle de Belle-Rose/Quatre-Bornes. Jack Bizlall et Dev Ramano, animateurs du MPM, expliquent que cette initiative s’inscrit dans une perspective plus large d’offrir à l’électorat une « alternative crédible » aux prochaines élections générales.
« Notre pays fait face à une crise terrible. Une crise multiforme, soit politique, économique, financière et écologique, entre autres », a expliqué hier Jack Bizlall, principal animateur du MPM. Pour cette rencontre avec la presse, il était entouré de Me Dev Ramano et d’autres membres de son parti. Soutenant ses dires, Jack Bizlall s’est appesanti sur « le chômage grandissant, le népotisme, la violation des droits des travailleurs, la menace sur la pension à 60 ans, l’obligation de donner son empreinte digitale pour l’obtention de la carte d’identité nationale, l’imposition du projet Metro Express sans consultation populaire, le salaire minimal national promis, et qui se fait toujours attendre » et les cascades d’augmentations de prix, entre autres.
Jack Bizlall a affirmé que les partis politiques traditionnels, qui gouvernent le pays depuis 30 à 40 ans, « ou même plus », adoptent « la même politique », poursuivant : « Tous les cinq ans, les Mauriciens assistent à des mariages et des divorces politiques pour soi-disant pratiquer une politique d’alternance. Ils se gavent de gros salaires. Ils ont mis en pratique une politique ultralibérale qui est un échec. » Selon l’animateur du MPM, avec cette politique libérale, « les riches sont devenus plus riches et les pauvres plus pauvres ». Or, « il faut changer cela », a-t-il plaidé.
Le MPM a en ce sens jugé « nécessaire et opportun » de participer à cette éventuelle élection partielle dans la circonscription de Belle-Rose/Quatre-Bornes (No 18). « Après des débats, le MPM a décidé de choisir entre Dev Ramano et moi-même pour être candidat au No 18 », a annoncé Jack Bizlall. « Cependant, nous invitons la douzaine d’organisations progressistes qui existent à Maurice à assister à une réunion que nous organisons mercredi en fin d’après-midi au Centre Nelson Mandela, rue Berthaud, Quatre-Bornes, pour débattre de l’opportunité d’élire aussi leurs candidats et, éventuellement, avoir un unique candidat parmi tous ceux qui seront présentés pour être nos candidats pour cette partielle. Ainsi, chaque organisation pourra présenter son candidat – comme le MPM l’a déjà fait – et parmi ceux-ci, nous pourrons dégager un consensus sur la personne qui sera l’unique candidat des partis progressistes mauriciens à cette élection », a-t-il expliqué.
Dev Ramano a, lui, expliqué que cette méthode de choisir démocratiquement un candidat unique pour cette partielle au No 18 « s’inscrit dans la perspective plus large de participer aux prochaines élections » générales. « Nou pa pou atann eleksion zeneral vini pou nou fer li. Seki nou pe fer isi dan No 18, nou pou fer li dan tou bann sirkonskripsion Moris kot bann progresist pou prezant enn sel kandida kont bann kandida bann parti tradisionel. Koumsa, swa bann elekter pou kler : li pou ant bann fors konservatris paseist ek bann progresist ki ofer enn alternativ kredib », a-t-il élaboré.