Le Front commun syndicats transport (FCST), qui a rencontré la presse hier au Centre Marie Reine de la Paix, soutient : « Si gouvernman pou kontinie ek sa projet permis a point la ek pa le ekout nou, nou pour desann lor sari ek nou pou al divan minis travail pou fer en lagrev zeneral ».
Yousouf Chotoye, le président du FCST, explique que la réunion d’hier avait pour but de faire comprendre au gouvernement que les travailleurs du transport public ne veulent pas du permis à points pour diverses raisons : « Maurice na pa en pays kot nou kapav met enn permi a poin. Mentalité morisien na pa pré pou fer sa. Problem plu inportan vinn lor larout mem, nou bann infrastructur ek nou bann rout mari dan dife. Comen nou kapav condir prudamen ek ban rabo ou bann trotoir ki na pa marché ? » Pour lui le permis à points n’est pas un progrès mais un « mauvais développement », car les chauffeurs qui verront leur permis suspendus se retrouveront au chômage. « Okenn sofer le fer enn aksidan, person le perdi so post travail. Si enn dimounn perdi so permi e ki li pa en tor, so employeur pa pour repran li. Nou pa kapav konpar Moris ek ban pei etranze, nou bann structur ek nou bann mentalité pa pareil ».
« Nou pou kontinie nou bann lalit », devait lancer un membre du FCST avant de poursuivre : « Nou larout pa bon, nou lalign pa bon, nou trotoir pa bon, nou la gare pena sekirité, nou robo ek nou lalimiere pa bon et minis le met permi a poin ? Mwa mo dir li pou en fiasco et nou pa pou aksepté sa ». S’il n’est pas entendu par les autorités, le FCST prévoit une grève général des transports et des manifestations à travers l’île, et ce pendant la période des examens du CPE. Un chauffeur de bus s’est confié au Mauricien : « Nou pensé ki sa sistem permi a poin la pa pou adapté ek Moris. Monn fer plu de 25 ané service dan mo konpani, mo roulé enn lazourné e mo konn mentalité Morisien lor larout. Nou bann infrastructur pa asé renforsé pour met enn mesur osi sévère ki bann permi a poin. Bokou ban travailleur transpor pour perdi travail. »