Avec la certitude que le permis à points n’entrera pas dans les moeurs routières cette année, les recoupements d’informations confirment sa mise en vigueur pour le début de 2013. À ce stade, la Road Traffic Branch des Casernes Centrales est à l’étape de la mise en place logistique, avec entre autres, les « Driving Licence Paper Counterparts » qui devraient être finalisés et distribués aux automobilistes et motocyclistes de Maurice aussi bien qu’à Rodrigues. Entre-temps, dans les milieux policiers concernés, on réaffirme que l’application du système de permis à points est d’une importance capitale en vue de changer le comportement des usagers de la route.
Les informations recueillies de sources policières autorisées indiquent qu’à ce jour, ces « paper counterparts » – qui seront reliés aux permis de conduire de tous les automobilistes, motocyclistes, chauffeurs de poids lourds ou de transport en commun – sont pratiquement sur le point d’être finalisés pour l’étape de la distribution. Ce document, qui aura les dimensions d’une page A4, mais qui sera plus épais qu’une simple feuille de papier, sera utilisé pour l’inscription de l’ensemble des penalty points qu’un usager aura accumulés. Ainsi le conducteur, qu’il soit titulaire d’un permis ou d’un simple « Learner », aura la possibilité de prendre connaissance de son compteur de points d’un seul coup d’oeil sur le document en question. Comme pour le driving ou le learner’s licence, celui-ci devra constamment être en possession de son titulaire quand il sera sur la route.
Cependant, la seule ligne de démarcation entre les conducteurs confirmés et les apprentis sera que pour les premiers nommés, le plafond de points sera fixé à 15, tandis que pour les seconds, le barème s’arrête à 10 points.
D’importantes dispositions sont donc à prévoir du côté des Casernes Centrales en vue de l’exercice de distribution de ces « paper counterparts » aux usagers de Maurice et de Rodrigues. Il a été stratégiquement établi que 24 points officiels seront désignés pour le handing over de ce document gratuit. Déjà, à cet effet, la Road Traffic Branch lance une mise en garde contre tout éventuel escroc profitant de cette exercice pour distribuer de faux « paper counterparts » contre une somme d’argent. D’où, ici, l’importance du sens de responsabilité des automobilistes et motocyclistes pour se rendre exclusivement à ces points de distributions officiels pour récupérer le document.
Avec l’enjeu important du permis à points – qui verra le compteur de chaque détenteur démarrer à zéro avant que le permis ne soit suspendu au moment où les points accumulés n’atteignent la barre maximale – la police revisite son système informatique. En effet le réseau des Casernes Centrales sera relié aux bureaux des prosecutors et des cours de districts, compte tenu du fait que c’est le judiciaire qui évaluera les evidences présentés et examinera toutes les circonstances avant de déterminer combien de points seront infligés pour une infraction particulière, selon la grille des points établie. Préalablement, les données des conducteurs devraient être réactualisées dans le système informatique de la force policière.
Malgré les pressions syndicales, tout porte à croire que la mise en application du permis à point est en bonne voie pour le début de 2013. Toutefois, les sources approchées par Week-End aux Casernes Centrales ont préféré ne pas s’aventurer sur une date précise, l’entrée en vigueur de ce système relèvant tout simplement du « government policy decision ». Cependant, ces mêmes sources réaffirment que ces chamboulements apporteront une plus grande sécurité sur nos routes.
« L’objectif est d’apporter des améliorations dans le comportement des usagers, et que ces derniers prennent leurs responsabilités sur la route. Le système de permis à points sera introduit surtout car il n’y a pas, ou peu, d’améliorations dans le comportement des usagers de la route avec de simples amendes. Il était donc important d’avoir recours à ce système », avance un haut-gradé de ce département. Sur les virulentes critiques quant au sort des conducteurs professionnels, notamment les chauffeurs d’autobus, les responsables de la Road Traffic Branch maintient qu’il est primordial d’appliquer la même sanction pour la totalité des automobilistes. « À ce jour, nous comptons 120 morts sur nos routes. Et les conducteurs de tous types de véhicules sont impliqués, notamment les chauffeurs professionnels. Donc cette solution sera applicable à tous. Il faut comprendre que le permis à point est loin d’être un monstre ! », fait-on comprendre aux Casernes Centrales