Doorgesh Mungur, Gilliane Soupe et Nicolas Fanny sont trois jeunes qui font partie de la nouvelle génération de photographes de mariage. Leur particularité : travailler sur le vif. Leur but : capter chaque émotion discrètement, chaque larme et chaque instant phare. Leur force : retranscrire le mariage le plus naturellement par un travail soigné et original, mais également par un style unique.?Photographe de formation, Gilliane Soupe s’est forgé une solide réputation depuis son retour à Maurice. Cela fait déjà trois ans qu’elle a monté sa petite entreprise et qu’elle exerce dans un domaine qui lui tient à coeur. “Je ne le considère pas comme un métier mais plus comme une activité que je fais avec beaucoup de passion, car c’est un échange perpétuel et sans limite.”
Doorgesh Mungur prétend que c’est lui qui a lancé, il y a sept ans, cette nouvelle approche de la photographie de mariage. En partageant quelques-uns de ses clichés sur le réseau HI-5 et Facebook, il estime avoir donné un coup de sang neuf à ce genre de photographie. “J’ai été le premier à utiliser les réseaux sociaux pour partager mes photos et je me suis fait connaître par ce biais.”