Paul Bérenger se trouvait hier soir à Plaine-Verte, soit dans la circonscription No 3. L’occasion pour le leader du MMM de réclamer un 6-0 aux Nos 2 et 3 à Port-Louis. De même, il a confirmé la candidature au No 2 de Reza Uteem, qui se verra confier d’importantes responsabilités ministérielles dans le cadre d’un éventuel gouvernement Ptr-MMM, ainsi que d’Adil Ameer Meeah dans la circonscription No 3. Quant à Prakash Meenowah, a-t-il souligné, il sera de nouveau appelé à affronter sir Anerood Jugnauth au No 7, à Piton–Rivière-du-Rempart.
L’intervention de Paul Bérenger, hier soir à Plaine-Verte, a été marquée par un vibrant appel lancé aux syndicats – qui menacent de déclencher une grève dans l’industrie sucrière ainsi que dans le secteur du transport et dans le port –, les invitants à attendre l’arrivée du nouveau gouvernement afin de régler leurs contentieux « dans le respect et le dialogue ». Il poursuit : « Les discussions sur la compensation salariale commenceront bientôt. Donnez une chance à ce pays et laissez ce pays respirer pendant cette période électorale ! Le nouveau gouvernement respectera les syndicats et engagera un dialogue en vue de régler leurs problèmes. » Un appel a également été lancé aux « vrais » marchands ambulants et commerçants de la capitale. Paul Bérenger leur a demandé de « travailler main dans la main » avec la municipalité de Port-Louis car, selon lui, « il y a une solution à ce problème ». Enfin, il a lancé un troisième appel, cette fois à la Grande-Bretagne et aux États-Unis, d’une part, ainsi qu’à la France. Le leader du MMM a estimé que l’indépendance de Maurice « ne sera jamais complète » aussi longtemps que l’archipel des Chagos et que Tromelin n’aient pas été récupérés. « Un nouveau gouvernement sera bientôt au pouvoir. Le Premier ministre et moi avons déjà discuté des initiatives diplomatiques à prendre. Un nouveau chapitre s’ouvrira. Nous invitons les États-Unis et la Grande-Bretagne, ainsi que la France d’autre part, à se préparer à ouvrir un vrai dialogue dans le respect mutuel. Dans cinq ans, nous souhaitons que nous ayons récupéré les Chagos et Tromelin », a lancé Paul Bérenger.
Le leader du MMM est revenu sur les grands thèmes de l’accord entre le Ptr et son parti. Il a ainsi insisté sur la volonté de l’alliance de faire de Maurice « un pays modèle d’unité dans la diversité ». Dans ce contexte, il a critiqué l’Alliance Lepep, et en particulier sir Anerood Jugnauth, qui, avec le soutien d’Harish Boodhoo, « avait cassé, en 1983, l’espoir qui était en 1982 ». Et de rappeler le traitement réservé à cette époque aux communautés musulmane et créole par le Premier ministre d’alors. Paul Bérenger a aussi rappelé que le Remake 2000 avait connu ses premières secousses en janvier dernier « lorsqu’un matin, sir Anerood Jugnauth avait décidé de remplacer Reza Uteem en tant que No 3 du gouvernement par son fils, Pravind ». Aussi donne-t-il la garantie qu’en cas de victoire de l’alliance Ptr-MMM, « toutes les communautés seront traitées avec respect et dignité ».
Paul Bérenger a aussi insisté sur la volonté de l’alliance Ptr-MMM de faire de Maurice « un modèle de démocratie » avec l’introduction d’une réforme électorale et un meilleur équilibre des pouvoirs entre le Président de la République et le Premier ministre. Et de dénoncer, dans le même souffle, le MSM, qu’il accuse d’avoir « saboté le travail » réalisé par le Select Committee sur la réforme électorale.
Sur le chapitre de la démocratie, Paul Bérenger a cité en exemple la couverture donnée à la conférence de presse de l’Alliance Lepep. « Zotte dire croire Callikhan ine change camp ine alle lot kote. Non  changement kine commence. ». Concernant ensuite la lutte contre la corruption, le leader du MMM a cité l’exemple de l’institution d’une commission d’enquête sur la MTC et rappelé l’engagement pris par le Premier ministre d’être « sans pitié », Navin Ramgoolam ayant même lancé « ki pas pou ena kamarad ». Si Gilbert Merven « avait un peu de dignité, il aurait soumis sa démission comme président de la MTC afin de laisser la commission d’enquête faire son travail », a encore estimé Paul Bérenger, avant d’insister sur l’économie « qui est en panne » et sur la nécessité de prendre de « nouvelles initiatives » afin de permettre une croissance de 5 à 6%, « au lieu de 1 ou 2% actuellement ». Ce travail, dit-il, se fera « grâce à une équipe compétente ». Et de réaffirmer qu’un « 60-0 est inévitable ».
Adil Ameer Meeah, qui était intervenu avant Paul Bérenger, a pour sa part insisté sur « la pertinence » de l’alliance Ptr-MMM qui, selon lui, est un « mari deal pour le MMM », soutenant que « le pays est pour l’unité nationale ». Il a ensuite rendu hommage à Paul Bérenger qui, rappelle-t-il, avait accédé au poste de Premier ministre pour la première fois il y a dix ans. « Il a démontré, à travers son combat, son parcours et ses principes, qu’il est un grand leader », a soutenu le député mauve avant, finalement, d’évoquer le travail abattu dans la circonscription.
La réunion d’hier, qui était assortie d’un dîner, était présidée par Zaid Ameer. Alan Ganoo, Siddick Maudarbaccus, Aslam Hossenally et Ludovic Casernes se trouvaient aussi à la table d’honneur.