Maurice fait face à des changements démographiques majeurs et le taux de fertilité, en baisse constante au cours de ces 15 dernières années, est aujourd’hui en dessous du seuil de remplacement de la population : il est de 1,41 alors que le taux de remplacement pour une population est de 2,1. C’est le chiffre le plus bas en Afrique et il est comparable à ceux des pays développés.
Selon les projections la croissance de la population mauricienne va continuer à diminuer. Les estimations sont de 1 305 310 âmes en 2032 et de 1 188 403 en 2052. Le taux de reproduction brut est de 0,69. Ces chiffres ont été publiés par le ministère de la Santé dans le Family Planning Demographic Year Book de 2012 jeudi. En conséquence la population mauricienne vieillit : 12,3 % des Mauriciens ont plus de 60 ans et ce chiffre atteindra 30,2 % en 2052 selon les projections. « La population comptera de plus en plus de personnes âgées. Cette tendance démographique entraîne un changement du profil épidémiologique. Cela constitue un défi majeur pour notre système de santé qui se traduit par la nécessité d’une politique et de programmes de santé pour les personnes âgées », note le ministère de la Santé. L’espérance de vie des Mauriciens continue à augmenter. Elle est de 77 ans pour les femmes et de 70 ans pour les hommes. 42,7 % des Mauriciens habitent dans les régions urbaines sur une population de 1 253 000. Il existe légèrement plus de femmes que d’hommes, le ratio étant de 970 hommes pour 1 000 femmes.
Le document diffusé indique également que Maurice est parmi les dix pays dont la densité de la population est la plus élevée dans le monde avec 670 habitants au km2. En comparaison le Botswana a une densité de population de 3 habitants au km2, l’Afrique du Sud 43, la Chine 143, la France 116, la Grande Bretagne 258 et le Canada de 4. Singapour a comparativement 7 765 habitants par km2.
Le document indique aussi que le taux de natalité brut est de 11 pour 1 000. Le taux de mortalité infantile est de 13,5 pour 1 000 naissances.
Le taux de fertilité chez les adolescentes de 15 à 19 ans a diminué de 10,2 % au cours de ces cinq dernières années et s’élève aujourd’hui à 28,2. Le taux de mortalité est de 7,3 pour 1 000. Les femmes mariées de 15 à 49 ans constituent 32,8 % de la population féminine. Les indicatifs montrent également une baisse de 22 % du nombre des utilisateurs de méthodes contraceptives dans les services de planning familial gouvernementaux au cours de ces cinq dernières années : ils sont 68 825 utilisateurs en 2012. Les contraceptifs les plus populaires restent la pilule (108 754 plaquettes distribuées) et le préservatif (1 371 301 unités). 1 070 femmes ont eu une contraception d’urgence. Par ailleurs en 2012 il y a eu 6 207 nouveaux utilisateurs, ce qui représente néanmoins une baisse de 1 % depuis 2008. 20 % des femmes âgées entre 15 et 49 ans sont des utilisatrices courantes des services de planning familial. Les autres méthodes adoptées par celles-ci sont les injectables à effet de trois mois (13 163 doses en 2012), les préservatifs féminins (1934), les injectables mensuels (5920 doses) et les stérilets (intra uterine device) (409 unités).