Le comité ministériel sur les PME, présidé par le ministre des Infrastructures publiques Nando Bodha, a tenu sa première réunion hier après-midi à l’hôtel du gouvernement, au cours de laquelle différentes pistes visant à booster ce secteur ont été abordées. « Nous allons proposer certaines mesures au ministre des Finances pour lui dire, dans le cadre du budget 2017/18, ce que nous pensons comme étant les priorités pour que, demain, nous puissions donner un “boost” à ce secteur », a déclaré Nando Bodha à l’issue de cette réunion.
Nando Bodha a expliqué que le comité compte étudier les principaux problèmes affectant les PME, principalement l’accès aux finances, qui existe depuis toujours. « Nous allons voir les “schemes” offerts par les banques, à qui nous demanderons le montant qu’elles ont alloué à ces “schemes” en 2016 et le nombre de personnes qui en ont bénéficié. Et aussi le nombre qui a réussi. Ce qui nous donnera une indication des secteurs porteurs », a-t-il poursuivi.
Il reprend : « Aujourd’hui, beaucoup de produits qui sont importés peuvent être fabriqués par des PME. Nous pouvons créer des “targetted markets” où le gouvernement crée les conditions d’un marché et nous verrons comment intégrer les PME dans ce marché. » S’agissant de l’exportation, il s’est demandé si nous pouvons obtenir une part du marché africain. « Si oui, quel est le véhicule qui nous amènera sur le continent et qui fera que le petit entrepreneur mauricien peut fabriquer un produit qui est consommé à Kinshasa et dans les pays de la SADC », a-t-il déclaré.
Ensuite, dit-il, la décision a été prise que tous les projets de la Traffic Management and Road Safety Unit (TMRSU) et de la Road Development Authority (RDA) valant moins de Rs 5 millions, « nous les accordions aux petits entrepreneurs ». Toutefois, a-t-il ajouté, « il y a un problème de qualité et de supervision ». Et Nando Bodha de faire ressortir que « nous avons un millier de PME dans la construction et si demain elles deliver, nous augmenterons les contrats à Rs 10 M pour qu’elles puissent prendre une autre part du marché ». Le ministre poursuit : « Demain, le gouvernement peut décider de recycler tous les papiers qui sont utilisés dans la Fonction publique. Cela va créer un énorme marché et on verra si les PME peuvent entrer sur ce marché et fournir non seulement le gouvernement mais aussi les collectivités locales avec ce papier de recyclage. »
Le ministre a aussi évoqué l’agriculture et le “low-cost hydroponics”. « Nous verrons comment aider les femmes de 40 ans ayant travaillé 20 ans dans l’industrie manufacturière et qui sont au chômage à entrer dans ce domaine. Nous allons aussi voir si l’industrie du tourisme peut créer des marchés et si  Air Mauritius peut mettre des produits artisanaux à bord de ses avions », a dit le ministre.
Nando Bodha a rappelé le « ten-year SME plan » lancé par le ministre Sunil Bholah, « qui est un document très fouillé et qui va en profondeur, pour voir comment ce secteur opère aujourd’hui et comment il peut opérer » dans les années à venir. « Nous voulons faire de ce secteur un pilier de notre économie. Plusieurs économies, surtout celles qui sont sorties du “middle-income trap”, ont réussi grâce à leurs PME, qui ont été rehaussées avec l’apport de technologies et de qualité », a fait ressortir le ministre.
Nando Bodha a estimé que « Maurice va vers une croissance de 3,8 à 4% cette année » et que « le taux de chômage, à 7%, est en baisse ». Ajoutant que « le taux de l’inflation sera le même qu’en 2016 » et qu’il y a « une possibilité que les réserves augmentent », il précise toutefois qu’il existe une « “buoyancy” dans l’économie ».