Le ministère des Services financiers, de la Bonne gouvernance et des Réformes institutionnelles a un droit de regard sur les compagnies para-étatiques. Une méthodologie sera mise en place pour travailler sur les recommandations des rapports de l’Audit dans ces compagnies. De même, les boards seront revus en fonction de la performance. C’est ce qu’a répondu le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, à Sangeet Fowdar, sur le contrôle des corps parapublics.
Le député Sangeet Fowdar a demandé au Premier ministre si la loi régissant les compagnies parapubliques pouvait être amendée, afin de permettre une surveillance parlementaire, d’assurer une bonne gouvernance et de la transparence. SAJ a répondu que les corps parapublics étaient gérés par la Companies Act et qu’ils avaient leurs propres Memorandum and Articles of Association. « Ce qui fait qu’ils ont leurs propres framework of accountability ».
Par ailleurs, a ajouté SAJ, il n’est pas approprié que des compagnies, principalement celles cotées en bourse, soit sous surveillance d’une autre institution, en raison des fuites d’informations commerciales sensibles. « Cela peut causer du tort à la compagnie. » Cependant, a ajouté le Premier ministre, en cas de problème dans une compagnie d’État, le ministère des Services financiers et de la Bonne gouvernance mène une enquête.
Ce ministère, a précisé SAJ, travaille déjà sur une méthodologie pour la mise en place des recommandations du directeur du Bureau de l’Audit. De même, le ministère est en train de revoir la composition des différents boards de ces compagnies en fonction de la performance. En outre, une grande réforme touchant tous les secteurs de l’administration publique est prévue. Cela se fera en concertation avec tous les partenaires.
Le député Alan Ganoo a alors demandé que le ministère de la Bonne gouvernance fasse le lien également avec le Public Account Committee. Sangeet Fowdar a lui répondu que lorsque les fonds publics sont utilisés, il est approprié d’avoir un certain contrôle, particulièrement dans un contexte où il y a des « recrutements massifs » dans les corps parapublics. Le Premier ministre a soutenu que le ministère de la Bonne gouvernance s’en chargera.