Xavier Duval et Michaël Sik Yuen auraient officiellement enterré la hache de guerre. C’est ce que laissent comprendre les membres du Bureau Politique (BP) qui s’est réuni hier au Astor Court Building. Ainsi, le temps de réflexion que s’était accordé le PMSD sur cette affaire qui secoue le parti depuis plusieurs mois a pris fin hier, avec l’annonce du leader des bleus, Xavier Duval, à ses pairs — dès le début du BP — que « l’affaire Sik Yuen est derrière nous ». Un apaisement officiel, le temps pour les bleus de se mobiliser et de préparer le congrès des jeunes prévu le 6 juillet au Centre Swami Vivekananda. 
« On tourne une nouvelle page. On regarde l’avenir. » C’est ainsi que  leader du PMSD, Xavier Duval, résume les turbulences qui ont secoué son parti ces derniers mois. Ce sujet n’a d’ailleurs pas occupé la majeure partie du BP des bleus hier, où étaient présents tous les membres, à l’exception de Maurice Allet, en mission à l’étranger. L’affaire Sik Yuen a ainsi été reléguée au second plan, le parti préférant se concentrer sur le prochain congrès des jeunes.
Interrogé par Week-End cet ‘apaisement, Xavier Duval estime qu’il n’y a rien à dire. « Il n’y a plus d’affaire Sik Yuen. Les choses ont été un peu exagérées. Tout est ok aujourd’hui. » A-t-il finalement été satisfait des « motivations, explications, raisons » fournies par Michaël Sik Yuen devant les membres du BP convoqué spécialement le 30 mai dernier ? Xavier Duval ne souhaite pas répondre. Il évite également de révéler s’il a discuté à nouveau avec Michaël Sik Yuen de la question, cela alors qu’une rencontre devait avoir lieu pour « décider du retour sincère » du ministre du Tourisme au bercail. « Nous nous sommes rencontrés plusieurs fois… », dit-il, insistant que « cette affaire c’est derrière nous ».
Ainsi, le PMSD se tourne vers l’avenir. Les membres du BP — qui avaient donné lors de la rencontre du 30 mai les pleins pouvoirs à leur leader de décider du sort de Michaël Sik Yuen dont les actes d’insubordination envers avec Xavier Duval avaient été décriés en premier lieu avec la révocation de l’ami proche du ministre des Finances, Robert Desvaux, de la MTPA — se rangent derrière cette « décision ».
L’important, pour l’heure, est de mobiliser la population derrière le PMSD. Pour cela, il faut une équipe soudée. Les tergiversations ne peuvent faire que du tort au parti, dit-on. En mettant un point final à l’affaire Sik Yuen, Xavier Duval, qui souhaitait « une solution scellée dans du béton », apaise les tensions au sein de son parti.