Le bureau politique du PMSD a, comme annoncé depuis plusieurs jours, décidé à l’unanimité d’expulser Michael Sik Yuen du PMSD lors d’une réunion au quartier général de ce parti à Astor Court convoquée à midi. « Garder M. Sik Yuen au sein du parti serait une hypocrisie », devait déclarer Jacques Panglose lors d’une déclaration à la presse à l’issue de la réunion à laquelle participait le leader du PMSD Xavier-Luc Duval.
L’expulsion de Michael Sik Yuen n’est pas une surprise dans la mesure où la question est évoquée avec insistance depuis que le leader du PMSD, lors d’une réception organisée à l’intention des dirigeants du parti et à laquelle le ministre du Tourisme n’était pas invité, a annoncé son intention de mettre les points sur les “i”.
Pas plus tard qu’hier, Xavier-Luc Duval publiait la déclaration suivante sur sa page Facebook : « I don’t make resolutions for the new year. But year end is the time to take important decisions. We need to ensure that each new year begins under the best auspices. »
Tous les membres du bureau politique était présents à l’heure convenue à midi au quartier général du PMSD aujourd’hui. Le ministre du Tourisme, à qui une invitation avait été adressée hier, est arrivé vers 12 h 10. Selon les informations recueillies, le leader des Bleus lui a demandé pourquoi les membres du PMSD ont été expulsés du ministère du Tourisme et des instances tombant sous l’égide de ce ministère. Michael Sik Yuen a rétorqué que ces sanctions n’étaient pas dirigées contre les membres du PMSD « mais contre ceux qui ne travaillent pas ». Xavier-Luc Duval a dit son étonnement que ce soient surtout les membres du PMSD qui en ont été les victimes. Il alors annoncé à Michael Sik Yuen la décision du bureau politique de l’expulser. Ce dernier a quitté la salle de délibération après avoir serré la main de son ex-leader.
Dans une déclaration à la presse, il a expliqué que le bureau politique lui a demandé certaines explications avant de procéder à son expulsion. Il a fait comprendre qu’il n’a pris aucune décision quant à son positionnement sur l’échiquier politique et que la question de sa démission comme ministre du Tourisme ne se pose pas.
Pour sa part, Jacques Panglose, dans une déclaration à la presse, a affirmé que le bureau politique du PMSD s’est réuni aujourd’hui et a entendu Michael Sik Yuen.
« Le bureau politique n’a pas été satisfait des explications fournies par celui-ci et a pris la décision à l’unanimité de l’expulser du parti avec effet immédiat. M Sik Yuen n’est donc plus membre du PMSD », a-t-il dit.
Selon Jacques Panglose, les premiers signes de discorde se sont manifestés depuis les élections générales de 2010. En 2013, un temps de réflexion a été donné à Michael Sik Yuen mais en vain.
Poursuivant son explication, Jacques Panglose a dit que le parti a constaté que Michael Sik Yuen s’est dissocié de la philosophie du PMSD à travers ses attitudes et ses actions. « Nous voulons terminer 2013 en mettant fin à une situation qui n’a que trop duré. Garder Sik Yuen au sein du parti serait une hypocrisie. Le PMSD ne demande pas sa révocation mais affirme qu’il ne fera pas partie d’une alliance où Michael Sik Yuen serait candidat. Notre priorité pour 2014 sera de consolider l’unité nationale, de s’assurer que chaque Mauricien a sa place dans la République, dans un esprit de justice, de vérité et d’équité ».
Dans les milieux du PMSD, on faisait comprendre que le Parti n’a pas demandé la démission ou la révocation de Michael Sik Yuen afin de ne pas embarrasser le Premier ministre.