La rencontre entre le Premier ministre et le leader de l’opposition à la Clarisse House polarise l’attention dans les états-major politiques aujourd’hui. Cette rencontre pourrait déboucher sur un changement dans le paysage constitutionnel et politique du pays.
Dans une déclaration au Mauricien hier, Navin Ramgoolam affirme que cette nouvelle réunion a pour but de peaufiner (“fine tune”) les propositions concernant la réforme électorale et la Deuxième République. Il a reconnu que Paul Bérenger et lui sont très près d’un accord. « Nous avons tous les deux en tête l’intérêt du pays, qui pourra disposer d’une nouvelle loi électorale et d’une nouvelle Constitution prenant en compte la diversité de notre population », a ainsi dit Navin Ramgoolam.
Pour Paul Bérenger, il reste deux points importants, mais pas litigieux, à régler en ce qui concerne la réforme électorale. De plus, il estime que les discussions ont bien progressé concernant la Deuxième Constitution. « Nous sommes arrivés très loin. Les discussions vont reprendre et nous espérons qu’on pourra conclure », a-t-il affirmé.
Au niveau du MSM, la situation est suivie avec beaucoup d’attention. Les dirigeants de ce parti se sont réunis hier soir pour passer en revue les récents événements. Une nouvelle réunion est prévue ce soir à la lumière des résultats de la rencontre entre les leaders du PTr et du MMM. Selon un porte-parole de ce parti, l’accent sera mis sur la campagne de mobilisation en vue de la réunion nocturne prévue le 30 avril à Rivière-du-Rempart. Le MSM espère, à travers cette réunion, créer un impact sur la scène politique locale. Un défilé de voitures est prévu pour l’occasion dans la région.
Au niveau du PMSD, Xavier-Luc Duval a fait comprendre qu’il n’y a jamais eu de congrès du  PMSD à Chébel. Il a annoncé qu’il sera absent de son bureau à Port-Louis durant toute la semaine en raison d’une inflammation à la gorge. Il n’a pu participer à la conférence BioAfrica 2014, organisée à l’hôtel Meridien hier. C’est le ministre du Commerce et de l’Industrie, Cader Sayed Hossen, qui a prononcé le “keynote speech” à cette occasion.
De leurs côtés, des dirigeants du MMM – notamment Alan Ganoo, Rajesh Bhagwan, Steven Obeegadoo et Deven Ramalingum – participent actuellement aux réunions de plusieurs comités régionaux de ce parti afin de « transmettre un maximum d’informations aux militants dans le sillage de la dernière réunion du comité central et répondre à leurs questions ». Un dirigeant mauve explique : « Nous leur transmettons les informations que nous a communiquées le leader du parti le week-end dernier. » Des réunions ont déjà eu lieu dans les circonscriptions No 5 et 7. Une autre est prévue aujourd’hui dans la circonscription No 8.
Une réunion du Bureau politique mauve a été convoquée pour demain après-midi alors qu’une réunion du comité central mauve est prévue dans la journée de samedi. Le leader du MMM et les dirigeants de son parti rencontreront la presse comme d’habitude samedi matin. Rappelons que le PTr a, pour sa part, prévu une réunion de son exécutif  aux Square Guy Rozemont lundi après midi.
Pour sa part, Ivan Collendavelloo – qui démissionné des instances du MMM mardi – n’a pas encore fait de déclarations officielles. Il a toutefois fait comprendre  à son entourage que sa démission a pour but principal « de susciter un réveil des militants, qui sont laissés anesthésiés et qui suivent aveuglément le leader ».
Il dit s’étonner que seuls Dev Ramnah et lui ont eu « le courage d’élever la voix » à la réunion du bureau politique mauve jeudi dernier. Il affirme s’être consciemment absenté à la réunion du comité central de samedi. « Comment aurais-je pu y participer alors que j’étais un démissionnaire potentiel ? » s’est-il demandé. Ivan Collendavelloo, leader adjoint du MMM, siège dans les instances de ce parti depuis 1983. Il a été, entre autres, député et Attorney General. Il a présidé à la réunion du Select Committee sur le rapport Sachs concernant la réforme électorale et ses recommandations comprennent, entre autres, une législation concernant le financement des partis politiques.