Le VPM et ministre des Services publics, Ivan Collendavelloo, a indiqué que la privatisation du secteur de l’eau potable est à l’agenda mais que la forme qu’elle prendra reste à être définie.
Le ministre s’adressait à la presse à la mi-journée, à l’issue de la signature de l’accord avec la Banque mondiale. Cet accord, intitulé Reimbursable advisory services agreement, vise à prodiguer à Maurice des conseils stratégiques et le soutien requis en vue de la mise en oeuvre d’un plan d’action, qui débouchera sur un Private and Public Partnership (PPP) pour la Central Water Authority (CWA) et la réforme du secteur de l’eau potable.
L’accord prévoit également une étude sur l’encadrement institutionnel de la CWA, ses opérations et activités à ce jour. Elle permettra d’évaluer la structure appropriée et la forme de PPP qui sera choisie pour la CWA. L’étude devra également comprendre des recommandations claires et directes au regard de l’option PPP la plus appropriée et des conditions financières de ces prêts.  « The RAS agreement will present a series of recommendations on appropriate qualification criteria for the  selection of a private operator suitable for the proposed PPP », a affirmé Ivan Collendavelloo.
Notons que l’étude de la Banque mondiale devra être soumise en mars prochain.
Le Country Director de la BM pour Maurice, Mark Lundell, qui a signé l’accord en question a, pour sa part, évoqué l’importance de l’eau pour le pays.