Les intérêts sur les prêts obtenus de la DBM seront revus
Les deux dirigeants de l’Alliance PTr/MMM, Navin Ramgoolam et Paul Bérenger, ont affirmé en choeur hier devant la foule rassemblée à la Place du Quai avoir réussi leur rendez-vous prévu avec l’histoire. « Nous avons gagné notre rendez-vous avec l’histoire », s’est écrié Navin Ramgoolam alors que Paul Bérenger s’est réjoui que l’histoire du pays se soit écrite une nouvelle fois à la Place du Quai. Pour le dernier meeting national de l’Alliance PTr/MMM, présidé par la plus jeune candidate de cette alliance, Danisha Sornum, les discours ont été plutôt courts mais ont permis aux principaux orateurs de prévoir une victoire de 60-0 mercredi et de présenter les élections générales comme un référendum pour l’unité nationale.
« Je n’ai aucun doute que nous allons vers un 60-0 dans cette élection », a lancé d’entrée Navin Ramgoolam. Il a rappelé le caractère historique de la Place du Quai. « Nous organisions autrefois des grands meetings du 1er mai ici. C’est ici que nous avons organisé le grand meeting précédant les élections de l’Indépendance. C’est également à la Place du Quai que le rassemblement précédant la victoire de l’alliance PTr/MMM en 1995 avait eu lieu », a dit le leader du PTr. « Pena okenn doute nou fine gagne nou rendez-vous avec l’histoire et nou pou pran nou destin dans nou la main ». Pour lui, si le MSM a choisi d’aller à la gare de Vacoas, « c’est dernier la gare zot rentré ». « To viré to tassé », dit-il.
Navin Ramgoolam a également présenté ces élections générales comme une élection référendum pour l’unité nationale. « Nous avons fait le choix de l’unité dans la diversité alors que de l’autre côté nous avons le symbole de la division, Anerood Jugnauth. Ici on parle de l’avenir et de l’Unité alors que SAJ a insulté toutes les communautés qui existent à Maurice que ce soit les musulmans, les créoles les chinois et les hindous et finalement tout l’électorat en général », a-t-il dit. Il a également critiqué la présence annoncée de Harish Boodhoo sur l’estrade de l’Alliance Lepep. « Alors que mon père était mourant sur son lit, je prends ma femme, sa soeur et mon beau-frère à témoin, il m’avait appelé pour me dire que c’est Harish Boodhoo qui l’a amené là. Il ne faut pas oublier cela ». Il a rappelé que c’est Harish Boodhoo qui avait dit que « sak zako bisin protez so montagn ». « Al protez montagne Jugnauth parski toi aussi to pe tassé are nous divan ». Le leader du PTr s’est ensuite appesanti sur la création des infrastructures à Maurice. Ainsi, dit-il, le nouvel aéroport a obtenu le deuxième prix mondial dans la catégorie des aéroports capables d’accueillir 4 à 5 millions de personnes. « Nous avons doublé les subsides sur le riz, la farine et le gaz ménager. Nous avons donné le transport gratuit. Nous avons construit des logements pour les pauvres, 37 000 personnes sont devenues propriétaires de leur maison », a-t-il lancé. Il a également évoqué le projet de création de 60 000 à 75 000 emplois, l’abolition du chômage pour ceux ayant entre 16 et 20 ans, la construction de 3 000 logements pour les plus pauvres, des facilités pour que les jeunes professionnels puissent posséder leur logement. Il a insisté sur la lutte contre la fraude et la corruption avant d’ajouter que « jamais dans l’histoire de Maurice il n’y a un leader de l’opposition sous caution ». Navin Ramgoolam a également annoncé que les intérêts sur les prêts obtenus de la DBM seront revus. Il a mentionné l’aide accordée aux éleveurs et planteurs de cannes. Ces derniers obtiendront une aide de Rs 3 300 pour continuer leurs activités.
Navin Ramgoolam a insisté sur le fait que l’Alliance PTr/MMM n’a pas raté son rendez-vous avec l’histoire, ce qui donne l’espoir pour la nouvelle étape du développement qu’elle veut entreprendre. Il a également souligné la présence dans son équipe de Razack Peeroo, qui a siégé dans le gouvernement de SSR. Il a finalement insisté sur l’importance de l’unité, la modernité et le progrès.
Plus de pouvoir à la commission électorale
Paul Bérenger a affirmé qu’une nouvelle fois l’histoire du pays s’écrit sur la Place du Quai. La foule qui y a fait le déplacement, estime-t-il, est un signe de victoire. Pour lui, le choix de l’Alliance Lepep de s’adresser à ses partisans « dan enn ti koin », à Vacoas, est un aveu de défaite. « Zot inn all kasiet », dit-il. Pour le leader du MMM, il est clair que d’un côté, il y a une alliance qui représente l’unité, le progrès, la modernité et l’avenir et de l’autre, la division et le passé. Il déplore la présence de Harish Boodhoo et de Kee Chong li Kwong Wing, ancien député et membre du MMM, sur l’estrade de l’Alliance Lepep. L’alliance PTr/MMM, dit-il, fera de Maurice un modèle d’unité et de démocratie avec un combat contre la fraude et la corruption. Il réitère l’intention de l’alliance de créer entre 60 000 et 75 000 emplois sur les cinq années à venir. « Konsernan delo et électricité, nous ena lidé neseser pou fer travay la », poursuit-il sans oublier les Chagos et Tromelin, sans lesquels l’indépendance de Maurice ne sera pas complète.
Paul Bérenger a tenu à féliciter le Commissaire électoral et la Commission électorale pour le travail accompli. Il soutient qu’à l’avenir, ils auront plus de pouvoirs afin de mieux jouer leurs rôles comme c’est le cas en Inde.
Le leader du MMM appelle ses partisans à poursuivre la campagne dans le respect de l’adversaire et sans provocation. « Nou pou donn enn leçon de démocratie digne de l’île Maurice ».
Se fondant sur ses 45 ans d’expérience et neuf élections générales dans le passé, Paul Bérenger affirme : « Pena bare, li pou 3-0 dan sakenn des 20 sirkonskripsion, y compris à Rivière-du-Rempart ». Il insiste sur sa conviction qu’il y aura un 3-0 dans sa propre circonscription et dans celle du Premier ministre, Navin Ramgoolam, de même qu’au N° 18. Commentant une interview accordée par le leader de l’Alliance Lepep, sir Anerood Jugnauth, Paul Bérenger est d’avis qu’il « y avoue une défaite lorsqu’il dit qu’il ne restera pas dans l’opposition tout le temps ». Pour lui, « tout comme SAJ est un symbole de division, Pravind Jugnauth, Vishnu Lutchmeenaraidoo et Raj Dayal sont symboles de corruption ». Commentant les propos de Somduth Dulthumun, président de la Mauritius Sanatan Dharma Federation, il soutient qu’ils ont poussé les militants à réagir et à se prononcer en faveur de cette alliance.
Comme c’est le cas partout où il se déplace à Maurice, Paul Bérenger a tenu à rappeler à l’électorat que la loi a changé et qu’il faut obligatoirement présenter une pièce d’identité pour pouvoir voter. Cette pièce, rappelle-t-il, peut être l’ancienne ou la nouvelle carte d’identité, le passeport, le permis de conduire ou les bus pass pour les étudiants et les personnes âgées. Le leader mauve a terminé son intervention en donnant rendez-vous aux partisans « en face de la Place du Quai à l’hôtel du gouvernement, jeudi prochain. Un deuxième rendez-vous avec l’histoire ». Il indique que Navin Ramgoolam et lui-même donneront une conférence de presse « parski lil Moris pou pran enn nouvo depar dan linité et dan la sinserité ». Paul Bérenger affirme qu’ils sont conscients de leurs responsabilités et prend l’engagement de ne pas faillir à celles-ci.