Quelle est la magie derrière cette maison de mode à Phoenix et ses créations à nulle autre pareilles ? POSSAL by Sweetie Ramlagun est une sorte de lieu de création artistique. Ce sont les talents divers d’une jeune créatrice de mode, Sweetie, avec son complice et assistant Zan-Pol Henrisson. Ce sont aussi ces machinistes et patronniers dans les métiers de la mode qui ont comme la directrice de la maison l’amour du bel ouvrage. Parmi les stylistes à avoir développé une dialectique avec les impressions diverses et l’histoire de son pays, Sweetie Ramlagun se fait remarquer par les formes diverses de son expression. Elle a suivi des études de gestion, a fait une école de design. Elle a appris les structures et les lignes fortes. On connaît aujourd’hui un peu mieux ses créations vestimentaires depuis l’ouverture récente de sa maison POSSAL qui lui a permis d’accéder au monde de ses clientes. Meubles, décors, objets mécaniques, tout, et jusqu’à l’architecture qu’elle a conçue et fait exécuter, participe chez elle d’une même cohérence : luxuriance des formes, somptuosité des tons. Sweetie aime les structures fortes, les vêtements fonctionnels pour donner une sensation de bien-être. Les robes, chemises, pantalons aux tonalités fuchsia, jaune, noir et blanc pour le jeu des contrastes, avec leurs accessoires ceintures etc., révèlent des volumes bien étudiés. Un détail peut tout changer comme dans cette robe-oiseau. Le bas du vêtement s’allonge, s’enroule. Sweetie pense ses créations ligne par ligne, volume par volume : une petite robe noire ronde pour le cou. Le jeu est simple. Si la styliste se concentre sur la coupe, les formes asymétriques, elle ne néglige pas l’ornementation. Elle se détourne des styles convenus et orne ses vêtements d’impressions, de broderies, de tissus rajoutés, de paillettes. Elle a joué avec des billes, des boutons, des patchworks dans une longue jupe bleue.
Sweetie Ramlagun plonge aussi son impulsivité dans des motifs inspirés des édifices et de l’histoire de Port-Louis. Certaines créations s’appuient sur le multiracial ou se fonde sur les ethnies comme cette jupe aux couleurs nationales ou les six pièces présentées dans la collection « Origin Africa ».
Sweetie déclare qu’il n’y a pas de culture de la mode à Maurice, mais qu’il y a de bons designers. Son intention est de proposer aux gens autre chose que ce qu’on leur propose d’habitude dans les grands centres de consommation.