La motion de Dev Hurnam contestant la nomination de Pravind Jugnauth au poste de Premier ministre et celui de Sir Anerood Jugnauth au poste de ministre mentor a été appelée ce matin devant les juges Asraf Caunhye et David Chan Kan Cheong. L’avocat radié du barreau demande à la Cour de traiter cette affaire avec urgence car il s’agit pour lui d’une violation flagrante de la Constitution.
Le 16 février dernier, Dev Hurnam avait déposé une motion en Cour suprême pour contester la nomination de Pravind Jugnauth en tant que Premier ministre et celui de Sir Anerood Jugnauth comme ministre mentor. Dans sa demande, il estime que les deux ont violé la Constitution et les valeurs démocratiques du pays.
Ce matin, le Parquet a réitéré son objection, soutenant que Dev Hurnam aurait dû procéder par une plainte formelle et non une motion. Le Parquet évoque un non-respect des Supreme Court Rules qui établissent clairement les procédures à suivre en cas de contestation pour une affaire constitutionnelle. En Cour, pendant plus d’une heure, l’avocat radié du barreau a cependant tenté de convaincre les juges Asraf Caunhye et David Chan Kan Cheong que c’est là une affaire d’une très grande importance et que la Cour ne doit pas rejeter la motion et s’attarder sur une plainte. Il a évoqué d’autres cas dans d’autres juridictions où la Cour a tranché en faveur du demandeur quand c’était une affaire d’importance publique. Dev Hurnam devait rappeler aux juges que la Cour suprême doit s’assurer du respect de la Constitution et pour lui cette affaire est une violation flagrante de celle-ci. Il estime que la Cour ne peut à ce stade perdre du temps avec les procédures d’une plainte et doit se prononcer dans les plus brefs délais. « Do we have to wait for plaint with summons and exchange of particulars », a-t-il affirmé. Dev Hurnam a souligné qu’il y a déjà trois plaintes pour la même contestation devant la Cour suprême et qu’elles en sont toujours au stade d’échanges de documents. Il a demandé à la Cour d’agir avec urgence.